Sidebar

16
Lun, Sep

Sport
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Tout le monde avait alors clamé que le Ministre des Sports et de l’Education, Adoum Garoua en revenant sur sa décision de suspendre le processus électoral, pris le 8 avril à 24 heures de la date butoir de la menace de la Fifa, avait fait profil bas. Mais profitant d'une correspondance du Président de la Fécafoot à lui adressée le 10 avril pour l'informer du nouveau calendrier du processus électoral, qui démarre le 17 avril, en violation des engagements tacites pris devant le Chef du gouvernement, le Ministre de tutelle lui a fait un rappel à l'ordre. Ce d'autant plus que ce nouveau calendrier indique que les élections dans les départements et les régions vont se poursuivent, ceci avant la fin des consultations des acteurs de la grande famille du football camerounais que le Ministre des Sports a entamé depuis le 9 avril 2013. Or cela était l'un des éléments du deal. 

Dans un souci d'équité, Adoum Garoua dans sa réponse a instruit Iya Mohammed de ce que: «Les Assemblées tenues en marge de la législation nationale et tenues dans la clandestinité, devront être systématiquement réorganisées par les instances compétentes (...) conformément à la réglementation en vigueur». Ce d'autant plus que, dans leur lettre adressée à la Fifa le 7 avril 2013, les membres du Comité d'urgence qui s'étaient désolidarisés du bras de fer que le Président de la Fécafoot entendait engager avec les pouvoirs publics sous le prétexte qu'il jouit de la protection de la Fifa au football comme il en a jouit de Marafa Hamidou Yaya en politique indiquait déjà que les dirigeants de la Fécafoot étaient passés outre la suspension du processus électorale pour tenir dans la clandestinité des Assemblées dans les départements souvent en violation de l'interdiction de tenue de réunion des autorités administratives (à l'instar d'Ambam) et même, se faisait établir des faux procès verbaux pour des Ag qui ne se sont pas tenues comme dans la Menoua. Déclarant ainsi avoir tenu des Ag électives dans 35 départements qui devraient être frappées de nullité. 

Dans la même correspondance, le Minsep a demandé au Président de la Fécafoot de lui «faire part des mesures prises par la Fécafoot, avant le démarrage du processus électoral, pour l'exécution de la sentence rendue par la Chambre de Conciliation et d'Arbitrage du Comité national olympique et sportif du Cameroun en date du 28 mars 2013, ordonnant à la Fécafoot d'harmoniser ses textes, notamment sur les statuts en ce qui concerne les règles de quorum des organes décentralisés». 

Rappelons qu'après avoir longtemps contesté, la Fifa avait fini par contraindre les dirigeants de la Fécafoot à reconnaître dans ces textes fondamentaux cette instance d'arbitrage comme étant la plus haute juridiction sportive du Cameroun et par ricochet, ses décisions sont imposables à la Fécafoot. C'est ainsi que la Fécafoot avait fini par accepter la décision annulant la radiation de David Mayebi, et exigeant sa réhabilitation comme membre de la Fécafoot et dans ses fonctions de vice-Président de la Fécafoot. Ce qui justifie le grand retour depuis le 26 mars 2013 de David Mayebi, siégeant à nouveau aux instances de décision de la Fécafoot.

© André Som : Aurore Plus

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire