Sidebar

17
Mar, Juil

Sport

Si aucun autre événement ne vient perturber le processus électoral à la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), c'est samedi 25 mai 2013 prochain que se tiendront les élections au niveau fédéral à la Fécafoot. Après avoir longtemps joué à cache-cache, l'on sait désormais que 3 candidats iront à l'assaut du collège électoral constitué aux termes des élections plus ou moins controversées au niveau départemental et régional. Il s'agit du Président sortant Salym Iya Mohammed Shagari, de son ancien Vice-Président, John Begheni Ndeh et de Marlène Emvoutou. En tout cas, c'est ce qui ressort de la dernière actualité de la Commission électorale nationale mise en place pour conduire le processus électoral au niveau fédéral. Une Commission qui a, vendredi dernier, rejeté le recours introduit par John Begheni Ndeh qui exigeait la disqualification de la candidature du Président sortant Iya Mohammed. 

En effet, en date du 15 mai dernier, l'ancien Ministre des Transports et non moins premier Vice-Président sortant de la Fécafoot a sorti son «joker» en adressant auprès de la Commission de recours de la Fécafoot, une requête qui ne demandait autre chose que le rejet de la candidature de lya Mohammed. Pour justifier sa requête, John Begheni Ndeh croyait savoir que le Président sortant ne remplissait pas toutes les conditions d'éligibilité notamment celle d'être un gestionnaire moderne. L'ancien Ministre des Transports se référait à ce fameux rapport du Conseil de discipline budgétaire et financière du Contrôle supérieur de l'Etat qui, le 27 mars dernier, épinglait le Dg de la Sodecoton d'être responsable de 20 fautes de gestion ayant entraîné un préjudice de plus de 9 milliards de FCFA à l'entreprise. 

Dans le même temps, Iya Mohammed se voyait infliger une amende spéciale de 2 millions de FCFA assortie d'une déchéance valant interdiction, pour une durée de 7 ans, d'être responsable de l'administration ou de la gestion des services publics ou des entreprises d'Etat. C'est pour cela que John Begheni Ndeh se croyait être dans son bon droit en s'agrippant sur l'article 35 alinéa 1 des statuts de la Fécafoot portant sur les conditions générales d'éligibilité, un article qui dispose que le candidat à la présidence ou alors le candidat au poste de membre du Comité exécutif «ne doit pas avoir été convaincu de malversations financières et ne s'être jamais vu refuser quitus de sa gestion». 

Ce sont donc ces arguments que certains observateurs jugeaient de taille qui n'ont finalement pas retenu l'assentiment de la Commission de recours puisque la candidature de Iya Mohammed a finalement été retenue. Mais John Begheni Ndeh va-t-il s'avouer vaincu? Difficile à dire lorsqu'on sait que les opposants à lya Mohammed sont près à utiliser toutes les voies et moyens pour débarquer le Président sortant de son piédestal. L'on se souvient par exemple que le 8 avril dernier, 6 des 8 membres du Comité d'urgence de la Fécafoot avaient signé une correspondance adressée au Secrétaire Général de la Fifa où ils soutenaient l'initiative du Ministre des Sports de voir le processus électoral être suspendu jusqu'à nouvel ordre. Certes depuis longtemps, le Minsep a reculé dans son initiative, le processus électoral s'est poursuivi avec les incidents qu'on a connus dans certaines ligues décentralisées comme celle du Littoral où le Gouverneur du Littoral, Joseph Béti Assomo, pour préserver l'ordre public, a décidé la semaine dernière de suspendre les rencontres sportives organisées par la ligue régionale de football du Littoral. 

Qu'en sera-t-il donc samedi 25 mai prochain à Yaoundé? Difficile à dire. Mais force est de constater que si l'ordre public n'est pas menacé, les élections opposeront Iya Mohammed à John Begheni Ndeh et Marlène Emvotou. Mais quelles sont les chances des adversaires du Président sortant? La première équation qu'ils devront résoudre est celle de constituer leur liste, l'autre verrou du système électoral à la Fécafoot étant cette mode de scrutin de liste. Mais tout compte fait, ce n'est plus à la soviétique que Iya Mohammed pourra remporter cette élection. La cause, ses adversaires, s'ils ne sont pas trahis par les siens, ont réussi à se faire élire dans leurs fiefs respectifs. Affaire à suivre donc.

© Charles Nwé : La Nouvelle

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire