Sidebar

12
Mer, Déc

Société
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
14 malfaiteurs faisant partie d’un gang spécialisé dans le cambriolage des édifices publics ont été présentés à la presse vendredi dernier. C’était  au cours d’une cérémonie organisée dans les locaux de la légion de gendarmerie du Centre. Cérémonie que présidait le lieutenant colonel Louba Zal, commandant de la légion de gendarmerie du Centre. Les 14 malfrats présentés au procureur de la République vendredi dernier  ont été neutralisés par les éléments du Bureau spécial des recherches et d’enquêtes criminelles du groupement de gendarmerie territoriale de la légion du Centre, une structure que dirige le chef d’Escadron Aba Ndzengue.

Le gang en question, spécialisé dans le cambriolage des édifices publics à Yaoundé a été démantelé avec l’arrestation le 22 mai 2009 de Mengue Francky José alias « Chinois » et Manga Joseph. Une traque qui s’est poursuivie dans la nuit du 11 juillet 2009 avec l’interpellation de Amina Awono Franck Junior et Meyabene Blaise par des militaires du Quartier général en faction à la tribune du Boulevard du 20 mai.  Surpris cette nuit-là avec  des effets volés, les deux malfrats seront mis à la disposition de la brigade territoriale de gendarmerie. Leur exploitation permettra l’interpellation des autres membres du gang. Au total, révèle le commandant Louba Zal, 14 personnes ont été interpellés et sont passés aux aveux.

A l’actif de ces malfrats, plusieurs cambriolages : la Sni, en novembre 2007 : des bons de carburant et un ordinateur portable volés. La Camtel, en janvier et en décembre 2008 : 05 ordinateurs portables et huit millions de Fcfa emportés. Les services du Premier ministre par deux fois : des bons de carburants volés. Les services de l’Assemblée nationale et la Délégation générale à la Sûreté nationale cambriolés en décembre 2008 : 10 téléphones portables, un émetteur-récepteur et un pistolet automatique de marque browning emportés. Viendront ensuite, le cambriolage de la Bicec du parc, des locaux de l’Oapi en février 2009, des ministère des Transports, des Finances, de la Santé, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, de la Fonction publique, la Cnps, le Chu, l’hôpital général de Yaoundé et l’Institut national de cartographie.

Par ailleurs, sans qu’on puisse, pour l’instant, mettre ces cas à l’actif des 14 malfrats interpellés, le cambriolage  du Centre de renseignement militaire du ministère de la Défense, en mai 2009, avait vu la disparition de plusieurs ordinateurs portables et des cartes topographiques. Un autre cambriolage sera enregistré quelques jours plus tard dans les locaux du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, de même que plusieurs centres des impôts dont la Direction générale seront visités par des cambrioleurs.

Sur le mode opératoire, Amina Awana Franck Junior, la tête pensante de la bande précise que les lieux étaient filmés plusieurs fois le jour en même temps qu’il procédait à la reconnaissance des lieux. La nuit tombée, bénéficiant des failles au niveau des services de garde, les cambrioleurs passaient à l’action.

« Sur instructions formelles  de la hiérarchie, a-t-on appris du Commandant de la légion de gendarmerie du Centre, Le lieutenant colonel Louba Zal,  des mesures ont été prises pour intensifier la surveillance autour des dites structures  et la recherche des renseignements, dans le but d’empêcher que des actes de cambriolage puissent à nouveau se perpétrer ».
Des instructions qui rappellent celles données en son temps par le premier Ministre chef du gouvernement, IphraÏm Inoni. Lors d’un conseil de Cabinet tenu à l’immeuble étoile le 26 février 2009, le communiqué final faisait ressortir le constat selon lequel « les violations de bâtiments récemment enregistrés résultent de la négligence dans l’application des consignes, du contrôle approximatif des personnes et des complicités de certains agents de sécurité préposés à la garde des bâtiments administratifs.

Pour y faire face, les intervenants ont préconisé l’adoption urgente de mesures de protection ; les unes passives, à savoir l’installation d’un éclairage suffisant, la construction de clôture de sécurité, la mise en place d’un système de vidéosurveillance ; les autres actives, à travers la création ou le renforcement d’un service de sécurité et de lutte contre les incendies dans tous les ministères, ainsi que l’instauration d’un système de permanence diurne et nocturne, entre autres ».

Six mois après, ces mesures édictées n’ont pas toujours pris corps, à l’instar du système de vidéosurveillance qui est toujours attendu. En dépit du spectaculaire coup de filet des hommes du Chef d’Escadron Aba Ndzengue, le commandant Louba Zal a souhaité « une franche collaboration de la part des populations avec les forces de maintien de l’ordre pour faire échec à ces actes de banditisme ».

Liste des 14 membres du gang démantelé

- Les cambrioleurs
1-Mengue Francky José alias chinois, ans 20
2-Manga Joseph, 23 ans
3-Amina Awana Franck Junior, tête pensante du gang, 18 ans
4-Meyabene Blaise
5-Issa André, 40 ans
6-Atedzoe Bana André, 23 ans
7-Atedzoe Alima Elie Dimitri, alias Tataw, 20 ans
8-Atedzoe Ondoua Marc Romuald, alias Roméo, 18 ans
9-Sonpouan Christian, alias Toumba

- Les receleurs
1-Ibrahim Amadou, 26 ans
2-Mambo Ngando Félix, 23 ans
3-Mendouga André Jean Jacques, 21 ans
4-Ketchemen Jackson Pierre, 24 ans
5-Essengue Essengue, 23 ans
6-Manga Bertrand Levy, 22 ans

© Source : Le Jour

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire