Sidebar

12
Mar, Déc

Société

 

Sur environ 20 millions d’habitants que compte le Cameroun, 3, 9% de la population active est porteuse de Vih, soit 620 000 personnes vivant avec le virus du sida. C’est du moins le taux de prévalence estimé à l’heure actuelle au Cameroun grâce au logiciel spectrum. Ce nouveau pourcentage, bien que régressif par rapport à 4,3% estimé en 2011 par la dernière enquête démographique et de santé, indique tout de même que la maladie « résiste » au Cameroun.

Le Comité national de lutte contre le Sida (Cnls) a tenu sa première réunion statutaire de l’année 2016 le 23 juin dernier. L'ordre du jour de cette rencontre a porté sur la validation du rapport d'activités du Cnls 2015 et la validation du plan d'action 2016, déjà mis enoeuvre depuis le mois de janvier dernier.

En effet, le rapport d’activités du Cnls 2015 indique que le nombre de préservatifs masculins distribués dans la population générale a augmenté entre 2011 et 2015, passant respectivement de 22 millions à 33 millions et demi. Concernant la prévention de la transmission du Vih de la mère à l'enfant (Ptme), l'option B+ (mise sous traitement antirétroviraux de toutes femmes enceintes dépistées séropositive. Ndlr) actuellement recommandée par l'Organisation mondiale de la santé (Oms) est désormais adoptée au Cameroun.

Le nombre de formations sanitaires offrant cette option est passé de 32 en 2014 à 2 873 en 2015. Au cours de cette même année, 625564 femmes enceintes ont été vues en première consultation prénatale, parmi lesquelles 562473 ont bénéficié du test de dépistage dont, 31 596 ont été testées positives. 26678 femmes enceintes séropositives ont été mises sous traitement.

Parmi les enfants exposés au Vih, 9756 ont bénéficié du dépistage à la naissance et 529 ont été positifs à la Polymerase Chain Reaction (Pcr), un traitement pour nouveaux nés. Le plan d’actions 2016 quant à lui, prévoit de dépister 1536365 personnes, dont 622075 femmes enceintes et 24013 enfants exposés au Vih. 224563 adultes et enfants seront mis sous traitement Arv. A cet effet, la stratégie de "Test ans Treat" (tester et traiter, Ndlr) a été adoptée par le Cameroun.

Le nombre des examens de suivis biologiques a été réduit pour favoriser l’accès au traitement apprend- on. Comme recommandations, il a été demandé entre autres, d’instaurer une unité de pharmacovigilance pour les personnes vivant avec le Vih, de redoubler d’efforts face aux défis dans la lutte contre le Sida. Se donner l’objectif qu'à la fin de l'année 2016, qu'aucun bébé ne naisse avec le Vih/Sida.

© Source : Le Jour : Flore Edimo

Kongossa.fr, l'actualité du Cameroun en temps réel. 

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire
Inscrivez-vous à notre service gratuit de newsletter pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.