Sidebar

25
Dim, Jui

Société

 

Treize militaires méditent désormais sur leur sort  à la prison Centrale de Douala. Déferrés  dans ce pénitencier depuis le vendredi 24 juin 2016 dernier, ils ont été mis  en détention provisoire par  le Commissaire du gouvernement de la région du Littoral. Ces derniers sont accusés d’avoir volé plusieurs matériels importants parmi lesquels des bouteilles de gaz industriels appartenant  à l’ancienne société nationale  Cellucam basée à Edéa.

En attendant  de savoir ce qui leur sera réservé pendant  le procès qui se déroulera au Tribunal militaire de Bonanjo,  ces derniers sont gardés à la prison Centrale de Douala.

Parmi  eux, 11 ont été arrêtés  dans la ville d’Edea et  les deux autres déjà en retraite dans  la ville de Douala. Des informations font état de ce que David Edoube, adjudant-chef à la retraite et ancien  président de Caïman de Douala, fait partie  de ce contingent

Il faut dire que ce n’est pas la première fois que  des militaires camerounais  sont arrêtés pour vol ou pour complicités de vol. Durant le procès portant sur le braquage d’Ecobank de Bonabéri, braquage au cours duquel plusieurs personnes avaient trouvé la mort et des civils blessés, certains militaires suspectés d’avoir appartenu ou été de mèche avec le gang ayant commis le forfait avaient été  jugés et condamnés au tribunal militaire de Douala. dans le chapitre des sanctions toujours, des éléments du Bataillons d’Intervention Rapide accusés d’être responsables d’une série d’agression dans la ville de Limbé et Buea il y a quelques années, avaient tout simplement été radiés du corps de l?armée camerounaise par le ministre de la Défense camerounaise.

Nombreux d’autres accusés de viol, de vol, de  pillage et trafic d’influence dans les villages de la région de l’Extrême-Nord  pendant  l’opération de lutte contre Boko Haram qui s’y déroule attendent aussi d’être jugés.

D’après des responsables politiques qui demandent que des sanctions sévères soient prises contre ces soldats qui ternissent l’image de l?armée camerounaise, certains soldats d’entre eux brillent par l’indiscipline. Ils sont parfois devenus le bourreau des populations qu’ils sont censé protéger.

© La Nouvelle Expression : Hervé Villard Njiélé

Kongossa.fr, l'actualité du Cameroun en temps réel.

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire
Inscrivez-vous à notre service gratuit de newsletter pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.