Sidebar

12
Mer, Déc

Société
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
Lundi, 17 août 2009. Il vient d'être 11h à la Place Ahmadou Ahidjo, plutôt connue sous le nom "Carrefour de la Douche municipale". De nombreuses agences de voyages se disputent des clients, en majorité ceux qui partent vers la capitale politique. Dans l'une des agences, un autobus croque d'un peu plus de deux mètres le trottoir ; alors que, tout à côté, un autocar garé sur le trottoir grignote la chaussée pour embarquer des passagers. Encore présentes ici, les agences de voyages First International express (Finex), Navette et Alliances Voyages n'entendent pas quitter cet espace comme leur a exigé le Délégué du gouvernement jeudi, 13 août dernier, après une descente sur le terrain pour vérifier l'évolution des travaux dans les différents chantiers routiers de la capitale économique.

Nouhou Njingui, chef d'agence à Alliances voyages, ne sait pas dans quelle gare routière il va s'installer comme le demande Dr Fritz Ntonè Ntonè, "nous n'entendons pas quitter d'ici parce que nous ne savons pas où aller. Si on nous aménage une gare routière n'importe où, nous y irons même si c'est à l'extérieure de la ville", souligne-t-il, avant de poursuivre que "s'il faut nous sommer de quitter, nous n'attendons plus que des sommations parce que nous les avons déjà plusieurs fois reçues". Cependant, il explique que la communauté urbaine de Douala (Cud) dirige les agences de voyages vers les gares routières récemment construites à la périphérie de la ville, et pourtant celles-ci sont incapables de contenir les différentes flottes des agences. Pour ces exploitants d'agences de voyages, la gare routière de Mboppi, par exemple, appartiendrait à un syndicat et tous ceux qui voudraient s'y installer sont obligés de supporter les exigences du syndicat.

"La communauté urbaine de Douala exige le départ des agences vers les gares routières, et pourtant elle leur fait déjà payer, à la sortie de la ville, des frais d'embarquement à partir de la gare routière. Ceci, chaque fois qu'un de leur véhicule quitte la ville alors qu'elles ne les occupent pas", relate un chargeur de Alliance Voyages. Les responsables des agences proposent toutefois que la Cud construise une gare routière à Yassa, où tout le monde pourra facilement embarquer et débarquer. Jusqu'ici, les embouteillages menacent toujours la circulation, tandis que les commerçants poursuivent leurs activités. Pour résoudre ce problème, la Cud entend user de "la méthode forte".

Wilfried Joël Tankeu (Stagiair mutations)

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire