Sidebar

23
Dim, Avr

Société

Le gang aux arrêts comprenait trois hommes. Il s’agit de Ndang Simon, né en 1982 à Kumba (Sud-ouest) et présenté comme le chef de gang, Pouwo Fontep Rivel, né le 4 avril 1986, chauffeur du taxi dans lequel étaient dépouillés les clients, et Fosso Mbah Yannick. Ils opéraient avec la complicité de deux femmes : Koum Ernestine, née le 29 mars 1980 et de Yuan Gen Elisabeth Kuo, née le 9 mai 1985.

Ils leur versaient 10 000 F  Cfa lorsqu’ils engrangeaient un butin de 100 000F, selon elles. Les deux femmes et Fosso Mbah Yannick se faisaient passer pour des passagers pour rassurer les victimes qui empruntaient le taxi. Les soi-disant passagers s’asseyaient à la banquette arrière du taxi immatriculé LT 187 GF, qui n’avait pas de numéro de portière. Aussitôt que le « gibier » à dépouiller prenait place auprès du conducteur, le cinquième larron, qui n’était autre que le chef de gang, stoppait le même taxi et « bâchait » le client qui était désormais coincé entre deux bandits.

Le manège des cinq agresseurs a toujours marché jusqu’au lundi 25 juillet 2016 lorsque la Compagnie du Groupement mobile d’intervention (Gmi) n°2 leur a mis le grappin dessus. Les malfrats essayaient alors d’agresser le responsable du Cercle municipal de Bonabéri, qui venait d’effectuer un service à la Communauté urbaine de Douala (Cud). La victime, Manfred Ndoumbé raconte qu’elle a emprunté le taxi des malfrats devant la Cud pour le Rond-point Deido.

L’agent communal qui ne se doutait de rien, s’est installé près du conducteur en dépit de son énorme corpulence. A peine la voiture en branle, elle a été stoppée par le cinquième membre du gang. Toutes choses qui ont éveillé la curiosité du commissaire de police Jacques Roger Mefire, commandant de la Compagnie Gmi N°2, qui régulait la circulation devant l’immeuble Cbc Bank.

L’officier de police qui traquait depuis quelque temps ce gang avec deux autres opérant dans le même secteur de Bonanjo et Bonapriso, a aussitôt alerté les Equipes spéciales d’intervention rapide.

Le commissaire engage aussitôt une course poursuite contre le taxi que les Esir et lui rattrapent au niveau de la Cathédrale de Douala. « Etant déjà dans le taxi, les occupants qui étaient derrière moi m’ont arrêté par le cou ; je me suis battu au niveau de la Cathédrale (…) Heureusement j’ai eu la vie sauve grâce à l’Esir », se plaint Manfred Ndoumbé.

Les malfrats ont été placés en garde au Gmi N°2 où les a rejoints le sieur Fouda, une de leurs victimes à qui ils ont soutiré 100 000 F Cfa le 4 juillet dernier à 12h30, alors qu’il se rendait à l’aéroport de Douala pour payer les frais de visa.

 © Le Jour : Théodore Tchopa

Kongossa.fr, l'actualité du Cameroun en temps réel.

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire
Inscrivez-vous à notre service gratuit de newsletter pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.