Sidebar

21
Ven, Fév

Politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
Dès ce matin, lundi 1er juin, les rues de Yaoundé devraient connaître une opération de contrôle de l'utilisation des véhicules administratifs. C'est ce qu'a annoncé vendredi Pascal Anong Adibime, ministre des Domaines et des affaires foncières, dans un communiqué aux accents au ton menaçant pour les utilisateurs indélicats des voitures que l'on reconnaît généralement par les lettres " Ca " sur les plaques d'immatriculation.

En effet, dans son avertissement, M. Anong Adibime recense tout d'abord : " Les pièces exigibles lors des contrôles [qui] sont : une carte grise spéciale du modèle réglementaire, un carnet de bord du modèle fixé par le ministère des Finances, une autorisation de circuler permanente ou temporaire délivrée par le ministère des Domaines et des affaires foncières et faisant ressortir les noms et prénoms du conducteur, les noms et qualité des occupants et la destination [ainsi que] l'ordre de mission éventuellement. "

A défaut de présenter tous ces documents, le ministre prévient donc les conducteurs des véhicules administratifs en infraction. Ils s'exposent à " des sanctions disciplinaires ou pécuniaires édictées par la réglementation vigueur ". Comme pour ne pas faire les choses à moitié, " le véhicule sera conduit immédiatement dans les garages administratifs ", conclut le communiqué ministériel.
Même si le décret présidentiel du 1er août 1974 relatif à l'utilisation des véhicules administratifs reconnaît (dans ses diverses modifications) au ministre des Finances des prérogatives dans la sanction du mauvais usage des automobiles au service de l'Etat, au ministère des Domaines et des affaires foncières on souligne que ces véhicules administratifs font partie du " patrimoine de l'Etat ". Le 5 mai dernier, un précédent communiqué du ministre Anong Adibime avertissait d'ailleurs du contrôle à venir.

Après avoir entrepris de remettre de l'ordre dans l'occupation des logements administratifs et les transactions autour du patrimoine immobilier de l'Etat, le ministre des Domaines et des affaires foncières s'attaque là à un nouveau chantier. Si les précédents ne sont pas complètement achevés, l'on peut déjà souligner que la question des véhicules administratifs revient comme une ritournelle dans l'action des autorités gouvernementales. En octobre 2001, l'ex-Premier ministre Peter Mafany Musonge signait un décret pour faire respecter les nécessités du service public dans l'achat, l'affectation et l'usage des véhicules administratifs. Mais depuis lors, le garage administratif où l'on pourrait mesurer l'application est en désuétude, selon le constat du mensuel des Domaines et affaires foncières (N°025 Février-Mars 2009).

J.B.K.

Source 

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire