Sidebar

21
Mar, Jan

Politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Nommé il y a de cela quelques années à la tête d’un des plus grands ministère du Cameroun, le ministre Marco de son nom d'emprunt, est vite devenu un de ces « nouveaux riches » qui font la pluie et le beau temps.Tout son univers a littéralement changé et Marco n’a plus, ni les mêmes amis, encore moins les mêmes lieux de fréquentation. Avec ses nouveaux amis, tous ministres, présidents directeurs généraux, entrepreneurs, banquiers, businessmen, politiciens-députés-à-vie, etc.C’est champagne-caviar à volonté tous les week-ends, tandis que les maîtresses se succèdent au rythme des mouvements de l'aiguille d'une montre.  

Il peut tout se permettre. D’ailleurs, le ministère qu’il dirige n’a-t-il pas financé à près de 10% certaines campagnes menées par le RDPC (Rassemblement pour la démocratie et du peuple camerounais) ,son parti . Et toutes ces sommes qu’il met à la disposition de sa formation politique pour ceci ou cela ? Alors ?
 
Lorsque, le 11 février dernier, à l'occasion de la célébration de la fête de la jeunesse, de la tribune du boulevard du 20 mai à Yaoundé, il apprend d'une source toujours bien renseignée de la présidence de la république qu'il va être éjecté, Marco sentit la terre se dérober sous ses pieds. 

Informé de cela, une folie s'est saisit de lui. En moins de deux heures, Marco est allé aux toilettes dix fois, mettant mal à l'aise la sécurité déployée autour du président de la république. 

Vu la tournure que prennent les choses, il vaut mieux prendre les devants, se convainc-t-il. Un « collègue ministre » lui conseille de se rendre à la fin des cérémonies du 11 février à Evodoula, une bourgade située à une quarantaine de kilomètres de Yaoundé la capitale politique du Cameroun, chez un Charlatan bien connu du coin pour conjurer son sort. 

C’est ainsi que Onan Bekot, un jeune marabout de Evodoula, rencontré grâce au collègue de Marco, lui  promet de l’aider. Onan Bekot le rassure tout de suite. « Ça, c’est une petite affaire », lui dit-il. 

Onan Bekot est le fils d’un ancien puissant marabout de la ville d'Evodoula décédé en 1989. Avant de mourir, ce dernier aurait transmis tous ses pouvoirs à son plus jeune fils, Onan Bekot. 

Vu l’urgence de la situation , Onan Bekot demande une somme de 10 millions de FCFA pour commencer. Il fallait 5 coqs de couleur rouge, dont un à égorger par le candidat lui-même ;8 gousses de noix de kola, deux litres d'huile de palme dans deux récipients différents, les testicules  frais du singe...plus d’autres « ingrédients » - tel le parfum – dont seul le marabout détient le secret.

Onan Bekot lui promet une bonne nouvelle dans deux semaines …Toujours est-il que le remaniement tant redouté démeure encore attendu à ce jour  

Ragaillardi par les promesses d'Onan Bekot, Marco place toute sa confiance au jeune marabout, le couvrant d'un chèque de 10 millions de francs Cfa, somme d'argent encaissée le mercredi 12 février dernier au guichet d'une banque locale.

Mais au bout de deux semaines, Marco  apprend de sa source présidentielle que le prochain remaniement ministériel aura lieu le vendredi 28 février 2014. Marco demande à  Onan Bekot de passer à la vitesse supérieure. Onan  consulte ses « génies » qui frappèrent fort au portefeuille du ministre Marco : Cinq millions de FCFA. Cette fois-ci, il faut leur offrir non seulement 5 coqs,8 gousses de kola, deux litres d'huile de palme, les testicules  frais de singe, mais aussi un boeuf .Marco s’en acquitte. 

Mais au bout d'un mois, l’épée de Damoclès plane toujours au dessus de la tête de Marco. Il est aux abois. Aussi, Onan Bekot reconnaissant implicitement son échec, lui dit : « Cette fois-ci, tes ennemis semblent plus coriaces. Mais il y a à Mvomeka’a  un marabout qui est encore plus fort. J’irai le voir et ensemble nous débloquerons la situation. » 

 

Et Marco dévalisa une fois de plus son coffre-fort pour tenter d’échapper à son sort. Rien n’y fit. Le remaniement tant redouté tarde toujours à tomber.  

Ne pouvant plus voir Onan Bekot, absent de chez lui, ni possible de l'avoir au téléphone, le ministre Marco décida le 10 mars dernier de se rendre chez le marabout. Mais surprise, ce dernier a filé à l’Anglaise. Il lança la gendarmerie aux trousses de Onan Bekot. Selon les dires des villageois, Onan Bekot s'était transformé ces derniers temps en véritable coureur de jupons et n'avait plus de domicile fixe

Comme quoi, voilà comment la soif de conserver son poste ou d'être nommé dans un autre ministère peux pousser certains pouvoiristes à voler bas. Bon vendredi et à vendredi prochain

© Camer.be : Yolande Tankeu

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire