Sidebar

22
Mar, Oct

Politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Deux avions cargos ont atterri mercredi 27 juillet 2011 à l’aéroport de Nsimalen, il était environ 23h 45mn. Garés vers le fret, loin des regards indiscrets et sous haute surveillance, les deux gros porteurs spécialisés dans le transport des marchandises lourdes ont déchargé leur cargaison. On pouvait aussi apercevoir des camions garés. Aussitôt, les camions ont été chargés pour une destination inconnue. Selon certaines indiscrétions, ce matériel était des gadgets et supports de campagne du candidat du Rdpc à la présidentielle de 2011. Et provenait de la Chine.

Cela vient confirmer notre surprise exprimée dans l’édition N°1335 du journal aurore Plus du ….de voir le président Paul Biya d’effectuer un voyage surprenant, à trois mois de la présidentielle d’octobre et à un moment où la scène politique est en ébullition aussi bien au sein de son parti que dans les autres forces vives de la société. Preuve s’il en était encore besoin comme nous le disions que le principal leitmotiv de cette visite officielle du président Paul Biya à son homologue de Chine, le président Hu Jintao, avait plus un caractère politique qu’économique comme essaye de le présenter à l’opinion public avec le concours des médias gouvernementaux. Alors que l’effervescence de l’élection présidentielle bat son plein et que le débat contradictoire sur la crédibilité du processus électoral, mais aussi sur une possibilité non candidature du chef de l’Etat sortant pourrait être des garanties d’une alternance pacifique par les urnes comme le souhaite la majorité de l’opinion publique.

On peut aussi comprendre qu’au moment où la pression des pays occidentaux est intense sur Paul Biya pour donner des assurances d’une alternance sereine, sans heurts, Paul Biya, le grand boulanger, comme le désigne les missions diplomatiques ait choisi pour maintenir le suspens d’aller faire fabriquer les supports de sa campagne présidentielle dans l’Empire du milieu. La Chine lui donnant les garanties de discrétion, mais aussi du rapport qualité - prix. Faisant ainsi perdre à ses anciens partenaires européens une importante part de marché. Prenant ainsi au dépourvu même ses cabinets de communication européens et américains.   C’est pourquoi lors de son audience avec son homologue chinois, Paul Biya a salué la non ingérence de la Chine avant d’affirme que «la Chine fait partie des plus sûrs et des plus fidèles de ses partenaires extérieurs.»

On peut aujourd’hui mieux saisir chaque mot et chaque phrase prononcée par Paul Biya lors de cette visite. Ainsi que le soutien qu’il a reçu de son homologue. Lorsque Hu Jintao soulignait que : «Nos deux Gouvernements attachent une grande importance aux principes et valeurs tels que le règlement pacifique des conflits, la non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats et le respect de leur intégrité territoriale.» Ce n’est pas peu dire, dans un contexte ou certains présidents autoritaires africains sont confrontés à une révolution d’une partie de leur peuple et ou à une insurrection qui cachent mal la nouvelle vision de voir les présidents qui ont une longévité établie frisant des régimes dictatoriaux qui tendent à se perpétuer indéfiniment à céder le pouvoir dans une alternance pacifique. On peut alors donner raison au politologue Owona Nguini qui dans une analyse dans le quotidien « Le jour », disait qu’il est clair que le président Biya allait en Chine y chercher un soutien stratégique.

© Aurore Plus : André Som

Kongossa.fr : l'actualité du Cameroun en temps réel

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire