Sidebar

23
Sam, Sep

Politique

Dans son rapport sur l’état de la corruption au Cameroun au  cours de l’année 2014, rendu public le 27 juin 2016, la Commission nationale anti-corruption (Conac) affirme avoir découvert «un vaste réseau de corruption dans les opérations de vente aux enchères publiques des véhicules au Port autonome de Douala».

Selon les explications du président de la Conac, Dieudonné Massi Gams, «des agents et officiels de l’administration douanière et du Port de Douala organisent souvent des ventes aux enchères sans respect de la règlementation en vigueur ni publicité. Ils les rachètent eux-mêmes en sourdine et à vil prix au grand dam du trésor public».

Par ailleurs, des sommes ont été détournées du fait du piratage du système informatique de la Douane appelé «Sydonia». Une enquête est d’ailleurs en cours sur ce cas, a révélé Dieudonné Massi Gams.

ANIF

Le contrôle des opérations de commercialisation du cacao et de l’examen de passage du permis de conduire ont révélé l’existence des niches de corruption : violation récurrente de la réglementation en vigueur, insertion frauduleuse des noms dans les listes des candidats définitivement admis, trafic d’influence. Plusieurs autres cas de détournements ont été révélés dans le volumineux document produit par la Conac. L’Etat a subi un préjudice financier de 1. 792 399 619 Fcfa soit 64% du montant total des indemnisations, du fait de la surévaluation des indemnisations pour la construction du barrage hydroélectrique de Memve’ele.

Au titre de l’année 2014, l’Agence nationale d’investigation financière (Anif) a enregistré 521 déclarations de soupçons de corruption. 60 dossiers dont le volume financier est estimé à 128 315 890 255 Fcfa ont été transmis à la justice.

Toutefois, la Conac se réjouit de l’évolution positive de la lutte contre la corruption au Cameroun mise en oeuvre par le Tribunal criminel spécial : 46 personnes ont été condamnées à des peines privatives de liberté, 29 autres ont été acquittées, 3 ont restitué l’intégralité des sommes détournées.

Le montant total des sommes reversé au trésor public par les personnes condamnées, au titre de dommages et intérêts s’élève à 7 142 411 151 Fcfa.

Le patron de la Conac déplore par contre le manque de collaboration de certaines administrations dans la lutte contre la corruption, notamment le ministère de la Justice, le ministère de la Défense, le ministère des Relations extérieures, le Contrôle supérieur de l’Etat, le ministère de la Communication, le ministère des Arts et de la Culture et la Délégation générale à la Sûreté nationale.

© L’Oeil Du Sahel : DOUWORÉ OUSMANE

Kongossa.fr, l'actualité du Cameroun en temps réel.

 

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire
Inscrivez-vous à notre service gratuit de newsletter pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.