Sidebar

16
Mer, Oct

Politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Une opération de saisie d’armes tourne au scandale financier

L’opération qui a conduit à la découverte d’une impressionnante cache d’armes dans la matinée du 26 mars 2014, non loin de la ville de Goulfey dans le Logone et Chari, vire aujourd’hui au scandale. Selon des sources introduites, des fonds saisis à cette occasion ont été dissimulés par les hommes en tenue. A ce jour d’ailleurs, aucun rapport administratif ou militaire ne mentionne une quelconque somme d’argent retrouvée lors de la fouille de la cache. Le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Awa Fonka, a exigé une totale clarté sur cette supercherie à même de ternir l’image des forces de défense du Cameroun.

 

Les regards sont désormais tournés vers les acteurs de l’opération. Le préfet du Logone et Chari qui avait endossé la paternité de celle-ci est désormais plus réservée. Informé de la présence de trois caches d’arme dans le secteur par ses sources, son travail se serait limité à faire appel aux sapeurs-pompiers, au BIR et à la compagnie de gendarmerie afin qu’ils effectuent une descente musclée dans le secteur. Les sapeurspompiers, indiquant à raison que les opérations ne faisaient pas partie de leur mission, n’ont pas bougé. Seuls sont descendus sur zone, les éléments du Bataillon d’intervention rapide et ceux de la gendarmerie. 

Le préfet n’a été informé du succès de l’opération qu’une fois les éléments du BIR et de la gendarmerie parvenus à Maltam. «C’est le préfet qui les a envoyés en mission, mais ils n’ont pas jugé utile de revenir d’abord à Kousseri et de rendre compte. Ils ont pris eux-mêmes la décision de convoyer le matériel saisi directement à Maroua sans lui demander son autorisation. Ceux qui ont conduit l’opération sont mieux placés pour dire où l’argent saisi est planqué car notre armée est une armée disciplinée, professionnelle. Nous ne pouvons pas tolérer de tel écart de conduite», indique un officier supérieur en poste à Maroua. 

Sur le montant saisi et qui manifestement s’est volatilisé, peu d’informations filtrent. Les éléments qui ont participé à l’opération se confinent dans un mutisme suspect. La seule piste reste celle des personnes arrêtées au cours de l’opération, une douzaine de suspects au total. Le problème, c’est qu’elles sont toujours entre les mains du BIR, unité mise à l’index dans cette affaire. 

© L’Oeil du Sahel : WENAÏ DAVID

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire