Sidebar

25
Mar, Fév

Politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
Au lieu d’une commission électorale indépendante, le pouvoir envisage de donner une meilleure marge de manoeuvre à cet organe. Ce ne sera peut-être pas le «grand chelem», mais au train où vont les choses, compte tenu de la pression nationale et internationale, le président de la République, Paul Biya, pourrait accéder à plus de la moitié des revendications de l’opposition avant de convoquer le corps électoral en vue des prochaines élections législatives et municipales.

Ainsi, après la décision autorisant la refonte du fichier électoral, puis l’introduction de la biométrie, l’on s’achemine vers une restructuration d’Elections Cameroon (Elecam), l’organisme en charge de l’organisation, de la gestion et de la supervision de l’ensemble du processus électoral et référendaire au Cameroun. D’après des sources introduites, cette restructuration viserait à «donner plus de pouvoirs» au Conseil électoral et donc d’en retirer à la Direction générale des élections. «C’est une manière subtile d’apaiser la revendication des leaders de l’opposition sur la commission électorale indépendante. Cette restructuration sera suivie de nouvelles nominations à la Direction générale et au Conseil électoral», croit savoir une source.

Selon un acteur de la classe politique ayant été consulté lundi dernier au siège d’Elecam, l’idée de la restructuration d’Elecam a été évoquée au cours des échanges avec l’équipe de Fonkam Azu’u. «Le Conseil électoral nous a confié que des correspondances ont déjà été adressées dans ce sens à qui de droit. Le suite ne dépend pas de nous», indique notre informateur.

Régression

Dans le sérail, il serait également question, en procédant à la redistribution des cartes et des attributions à Elecam, de désamorcer une fois pour toutes la guéguerre entre le Dg et le président du Conseil électoral. «Il faut éradiquer ce bicéphalisme en mettant clairement le Conseil électoral au centre du jeu», martèle une source.

La réorganisation d’Elecam fait partie de la batterie des réclamations de l’opposition, de la société civile et des partenaires au développement en vue de l’amélioration du système électoral camerounais. Dans une tribune libre publiée dans la presse le 2 février dernier, Hilaire Kamga, expert en questions électorales et secrétaire permanent de la plate-forme de la société civile pour la démocratie recommande notamment «une reforme de la loi électorale portant création, organisation et fonctionnement d’Elecam, dans le sens de rendre plus responsable, et plus soumise au Conseil électoral, la Direction des élections [et] la nomination d’un nouveau directeur général de consensus remplissant l’ensemble des conditions exigées aux membres du Conseil électoral».

Pour Edith Kah Walla du Cameroon people’s party «la configuration actuelle d’Elecam n’inspire pas la confiance des Camerounais. Bien que ces 18 personnes [membres du Conseil électoral] ne soit pas le seul facteur pour la mise en place d’un système électoral crédible, un conseil d’Elecam indépendant et notamment ayant véritablement les pouvoirs de contrôler l’action de la direction générale donnera un signal fort au Camerounais/es quant à la réelle volonté [du] gouvernement à mettre en place un système électoral libre et transparent».

Rappelons que la prééminence de la direction générale des élections sur le Conseil électoral et la nomination (dans ce Conseil) de certains membres du bureau politique et du comité central du Rdpc (parti au pouvoir) ont fait dire à Hilaire Kamga que cet organisme est «une régression dangereuse pour la démocratie camerounaise».

Cependant, au cas où la loi N° 2006/011 du 29 décembre 2006 portant création, organisation et fonctionnement d’Elecam est (une fois de plus) modifiée dans le sens de renforcer les pouvoirs du Conseil électoral, lors de la prochaine session parlementaire, nul doute que cette assertion perdra de sa causticité

Mutations

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire