Sidebar

21
Mar, Nov

Politique

Félix Teche Nyamsua vient de rendre publique son manifeste de candidat du Sdf à l’élection présidentielle de 2018. En attendant les primaires, il présente Ni John Fru Ndi comme un «complice» de Paul Biya.

Dans un parti où règnent l’omerta et une discipline qualifiée de fer, la révolution est observée. Sans ambages, un cadre du Social democratic front (Sdf) rédige un ouvrage intitulé : «Alternance démocratique au Cameroun. Idéologie de Félix Teche Nyamusa, candidat Sdf de l’espoir à la présidentielle de 2018 (en attente des primaires).» Production minimale de 90 pages, le contenu du camarade du chairman du Social demcratic front donne à pensé.

En attente de la présidentielle de 2018, le camarade du président national du Sdf, Félix Teche Nyamusa prend les devants. Au-delà de l’ouvrage, il soutient : «je conteste la primauté de Fru Ndi comme candidat du Sdf à l’élection présidentielle de 2018. Je serai candidat contre Fru Ndi.» Une candidature reçue par le National executif council (Nec), document conforté par un reçu dont Le Messager a reçu copie.

Dans le parti, la candidature du camarade de Ni John Fru Ndi est perçue comme une «défiance émanant d’un personnage politiquement déséquilibré» dixit une source du directoire de ce parti. Reste que le militant du Sdf, indique relayer les aspirations «de la famille Sdf, d’un nombre important de partis politiques d’opposition, des progressistes du Rdpc, des journalistes, des avocats, des opérateurs économiques etc.» L’ouvrage est un recueil de chronique sociales et politiques mais il ne manque pas d’interpellations et de dénonciations sur le «candidat naturel du sdf : Ni John Fru Ndi». Sur sa lancée, diversement appréciée au sein du Sdf, le challenger de John Fru Ndi ne ménage pas certains cadres de ce parti proches du Chairman qui ne veulent pas « imaginer le Sdf sans Fru Ndi ». Face à la presse, le 16 juin 2017 à Bafoussam, Félix Teche réitère son ton.

Extrait de l’ouvrage dont copie a été remise au chef de file du Sdf, «Fru Ndi, sans aucun doute, est un homme politique emblématique par un mélange de courage et de prévoyance, a opposé sa signature au bas du document qui a vu l’enregistrement du Sdf en 1990, ré-ouvrant la voie à la pratique du multipartisme au Cameroun.» Face à la presse, le camarade de Ni John Fru Ndi réaffirme que «cela ne signifie cependant pas que sans lui le progrès du Cameroun est condamné.»

Amendements des statuts

Au plan interne, l’adversaire de Ni John Fru Ndi à l’élection de base du Sdf propose des amendements dans les statuts du parti. Pour l’essentiel, l’homme appelle à l’indépendance du Nec pour l’amendement des statuts et règlement intérieur. Pour illustration Félix Teche pense que «les militants postulants aux élections pour la présidence nationale et le secrétariat général du parti ne devraient plus de nouveau se présenter aux élections nationales cumulativement avec les positions déjà occupées qui sont incompatibles avec l’article 13.1d des statuts actuels du parti.» Des incompatibilités liées aux fonctions de président de la République, vice-président, président de l’Assemblée nationale, Premier ministre et toute autre fonction gouvernementale.

Outre les dispositions existantes, Félix Teche indique la nécessité d’avoir des secrétaires généraux élus au sein du Sdf. A cet effet, le challenger de Ni John fru Ndi propose la révision de l’article 13.3b des statuts. Une disposition qui fait du secrétaire général et ses adjoints des personnes nommées après consultations. «Le poste de secrétaire général ainsi que celui de ses adjoints devraient être des postes électifs tel qu’il figurait dans les statuts avant le congrès de Bamenda du 26 au 28 mai 2006.»

La même source souligne que «cet amendement a institué le danger qui consiste à assimiler le secrétaire général du sdf à un secrétaire particulier du chairman et, les dangers de cette incongruité sont perceptibles.» 

Sur la même lancée, Félix Teche soutient que «Fru Ndi, le chef du principal parti d’opposition en continuant de collaborer avec le régime et d’aller aux élections dans ces circonstances soutient le gangstérisme de Biya.»

Au plan interne, le candidat et supputatif de Ni John Fru Ndi propose des réformes au sein du parti pour promouvoir la bonne gouvernance.

© Le Messager : Joseph OLINGA N.

 

Kongossa.fr, l'actualité du Cameroun en temps réel.

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire
Inscrivez-vous à notre service gratuit de newsletter pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.