Sidebar

12
Mar, Déc

Politique

Partenaire du député Abba Malla lors des négociations avec Boko Haram, il vient d’être arrêté par les forces de sécurité.

Placé sous étroite surveillance à Yaoundé en début de semaine dernière, Abdallah Adamou, l’un des deux négociateurs du Cameroun pour la libération des otages étrangers détenus par Boko Haram, a finalement été arrêté en fin de semaine par une unité des forces de sécurité camerounaises puis conduit vers une destination inconnue. L’information est donnée par sa famille mais non confirmée de sources sécuritaires. Pièce maitresse du dispositif du Cameroun dans ses pourparlers officieux avec Boko Haram, l’ancien vendeur de voitures, âgé d’une quarantaine d’années, devra désormais sauver sa tête sur laquelle pèsent de nombreux soupçons de collusion avec la secte terroriste.

SIGNAUX

Le moins que l’on puisse dire est que cette accélération des évènements est loin d’être une surprise pour le principal concerné. Tant ses relations avec les autorités camerounaises se sont sérieusement dégradées depuis 2015. Ce, sans doute sous l’avalanche d’indices tendant à l’impliquer dans des activités terroristes. Son passeport lui avait d’abord été retiré avant que l’un de ses bras droits, Logone, ne tombe dans la nasse. Arrêté il y a quelques mois à Maroua, celuici s’était toujours caché derrière son mentor pour se soustraire aux questions les plus embarrassantes des enquêteurs.

Deux autres proches d’Abdallah Adamou seront arrêtés à Amchidé, le 16 mars 2016. Parmi eux, un certain Limane, vendeur de véhicules, dont le compte en banque, selon plusieurs sources, est bien fourni. Est-ce un des prête-noms du négociateur ? «Il est riche des rançons versées par le Cameroun pour obtenir la libération des otages. Imprudent, il ne se gênait plus beaucoup pour dépenser, acheter des maisons, comme s’il disposait d’une immunité particulière. Avoir côtoyé le sommet du pouvoir, être au coeur des grandes tractations lui ont sans doute fait perdre la tête», explique un proche d’Abdallah Adamou.

De fait, grâce à sa parfaite connaissance du groupe terroriste Boko Haram, le Cameroun a pu, contre le versement de plusieurs milliards de Fcfa de rançon, conclure avec celui-ci trois affaires de prise d’otage. Notamment celle de la famille française Moulin Fournier dont sept membres avaient été enlevés à Dabanga le 19 février 2014 avant d’être libérés deux mois plus tard ; celle des prêtres italiens Giampaolo Marta, Gianantonio Allegri et la religieuse canadienne Gilberte Bussière, enlevés dans la nuit du 4 au 5 avril 2014 et libérés le 31 mai 2014 non loin d’Amchidé; et enfin celle des 10 Chinois enlevés à Waza en mai 2014 et libérés le 10 octobre en même temps que 17 Camerounais enlevés à Kolofata, le 27 juillet 2014.

Donc, en dehors de la libération du père Georges Vandenbeusch où il n’a pas intervenu directement, Abdallah Adamou aura été indéniablement de toutes les tractations. Une certitude : le sulfureux homme d’affaires originaire du Mayo-Louti dans la région du Nord, mais né dans le Mayo-Sava et qui a grandi entre Kerawa et Amchidé, dispose de solides entrées dans la secte terroriste. Tant et si bien qu’il sera de la petite délégation qui accompagnera le député Abba Malla rencontrer au Nigeria, en août 2014, le leader de Boko Haram, Aboukakar Shekau. Déjà, en décembre 2013, c’est lui qui s’était rendu à la prison de Maroua pour désigner les membres de Boko Haram devant être échangés dans le cadre de la libération du père Georges Vandenbeusch enlevé en novembre 2014 à Nguetchewé et libéré le 31 décembre de la même année.

SOUPCONS

Toutefois, ses rapports exceptionnels avec la secte terroriste Boko Haram sont clairement apparus aux yeux de certains observateurs quand il a pris en main l’affaire de l’otage allemand Nitsch Eberhard Robert, enlevé au Nigeria en juillet 2014 et libéré le 21 janvier 2015. «Il a fourni une preuve de vie aux allemands à Yaoundé et a participé, pour le compte du Cameroun qui agissait pour les intérêts Allemands, aux négociations qui ont conduit à la libération de Nitsch Eberhard. C’est la raison pour laquelle Boko Haram a remis l’otage à l’armée camerounaise et que le gouvernement allemand a remercié le Cameroun.

Mais ce qu’on ne dit pas, c’est que Boko Haram s’est fait de l’argent dans cette opération», analyse une source introduite. Cette présence permanente au coeur de la problématique des otages éveillera aussi les premiers soupçons. Abdallah Adamou était-il un membre de Boko Haram participant à l’organisation des prises d’otages la nuit et qui s’est mue en sauveur, le jour, auprès des autorités de son pays ? Est-il un des financiers de la secte ou utilisé par la secte pour ses opérations financières ?

© L’Oeil Du Sahel : RAOUL GUIVANDA

 

Kongossa.fr, l'actualité du Cameroun en temps réel. 

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire
Inscrivez-vous à notre service gratuit de newsletter pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.