Sidebar

20
Mar, Aoû

Politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Aussitôt après avoir pris part, en compagnie de plusieurs dignitaires du monde entier, à la cérémonie protocolaire de canonisation des papes Jean-Paul II et Jean XXIII au Vatican dimanche, 27 avril 2014, le président de la République a pris une destination inconnue de son peuple.

La presse italienne annonce que quelque 800.000 fidèles venant du monde entier ont pris part à la cérémonie officielle de canonisation des papes Jean-Paul II et Jean XXIII. Au total, 150 cardinaux, 1000 évêques, 6000 prêtres et 200 diacres ont fait le déplacement de la place Saint Pierre de Rome, théâtre de l’évènement. 93 pays y ont été représentés par 24 chefs d’Etat et 35 chefs de gouvernement. Parmi eux, le roi et la reine d’Espagne, le président de la République Italienne, le Premier ministre français, le président camerounais Paul Biya… Celui-ci est parti d’une destination inconnue de son peuple pour se rendre au Vatican dimanche 27 avril 2014, considéré comme un jour historique dans le monde catholique. C’est le 31 mars dernier que Paul Biya a quitté le Cameroun, pour prendre part au sommet Union européenne – Afrique qui s’est tenu à Bruxelles en Belgique du 2 au 3 avril. Et après, le locataire d’Etoudi a fondu dans la nature, sans plus jamais donner signe de vie. Les membres du gouvernement constituant sa suite officielle lors de ce sommet de haut niveau ont regagné le pays juste après, abandonnant le chef en villégiature en Europe.

Il a été aperçu au Vatican à partir des images tournées par les télévisions occidentales avec femme et proches collaborateurs. Parmi eux et selon le communiqué du cabinet civil de la présidence de la République, Amadou Ali, le vice-premier ministre, ministre délégué à la présidence chargé des Relations avec les assemblées; Simon Pierre Bikélé, le chef du protocole d’Etat ; Antoine Zanga, ambassadeur du Cameroun au Vatican; Dominique Awono Essama, ambassadeur du Cameroun en République Italienne ; Jean Nkuété, Sg du Comité central du Rdpc, Pierre Moukoko Mbonjo, ministre des Relations extérieures, Paul Atanga Nji, ministre chargé de missions à la présidence, le Contre amiral Joseph Fouda, conseiller spécial à la Présidence … A cette occasion, les « journalistes du président » ont repris du service. Michel Njock Abanda et George Ewane se sont ainsi emparés des tranches d’informations, éreintant les téléspectateurs de la télévision nationale avec des reportages et comptes rendus à n’en point finir. Une équipe spéciale de la radio nationale conduite par son rédacteur en chef François Marc Modjom a même fait le déplacement de Rome. Ces confrères sont malheureusement restés aphones au moment de dire au public, la destination qu’a prise le président après la cérémonie de dimanche dernier. C’est que, Paul Biya a disparu une fois de plus des écrans radars, sans indiquer aux Camerounais son point de chute. Est-il retourné à Genève où il logerait depuis le 4 avril selon une source proche de la présidence de la République ? Ou alors a-t-il préféré changer d’air en allant se reposer dans un autre pays d’Europe ? Difficile de le savoir. Car jusqu’ici, aucun des communicateurs habituels de Paul Biya (Martin Bélinga Eboutou, le directeur du cabinet civil de la présidence ou Issa Tchiroma Bakary, le ministre de la Communication et porte-parole autoproclamé du gouvernement) n’est encore monté au créneau pour dire où se trouve le président de la République.

Joseph Flavien KANKEU


Focal: Des milliards en fumée !

Rendu à ce 29 avril 2014, le président de la République est à son 25eme jour inexpliqué passé hors du pays, si l’on exclu les 2 et 3 avril consacrés au sommet bruxellois et le 27 avril consacré à la canonisation des papes. Tout calcul fait, l’on se rend aisément compte que le chef de l’Etat et ses collaborateurs ont fait perdre inutilement plusieurs milliards au contribuable camerounais. Car il fait multiplier par deux les frais de mission et les frais de logement à l’hôtel intercontinental que nous évaluions déjà à environ 1 milliard en 13 jours seulement (voir Le Messager du jeudi 17 avril 2014). Et prendre en compte la location d’un avion avec pilote et personnel navigant commercial. Nos sources nous indiquent d’ailleurs que la location d’un aéronef présidentiel avoisine les 150 millions par jour. En multipliant ce chiffre par le nombre de jours passés en Europe sans justification (25), on obtient l’astronomique somme de 3,720 milliards Fcfa. De l’argent pouvant permettre de construire au moins un dispensaire dans chacun des 58 départements du pays et au moins deux salles de classe dans chaque arrondissement.

© Joseph Flavien KANKEU:  Le Messager

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire