Sidebar

24
Lun, Sep

Politique

Le vice-Premier ministre, ministre délégué à la présidence, chargé des Relations avec les Assemblées se serait envolé hier pour la France, où l’attend son médecin.

De quoi souffre l’ex-tout-puissant ministre de la Justice ? Rien de précis ne filtre pour l’heure. Tout juste, son entourage que nous avons joint au téléphone confie qu’il s’est rendu à l’hexagone pour honorer un rendez-vous avec son médecin. C’est dire si Amadou Ali, 72 ans officiellement, n’est pas au mieux de sa forme, au point de ne pas assister au Conseil de ministres prévu ce jour.

 

Selon des indiscrétions de palais, déjà pas très bien portant depuis quelques semaines, l’ancien ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense qui se voyait à la tête d’un portefeuille plus influent dans l’échiquier politique du Cameroun, -Premier ministre par exemple-, aurait mal accueilli l’acte présidentiel du 2 octobre dernier. M. Ali a été maintenu dans les fonctions étroites qu’il occupe depuis le remaniement gouvernemental de décembre 2011. Immense déception qui a eu raison de sa santé déjà fragile.  

Les soucis de santé du vice-Pm seraient liés aux affaires qui ne cessent de le rattraper. Les tenants de cette autre version laissent dire que l’ancien Minjustice serait hanté par le fantôme de plusieurs dossiers au Tcs, notamment celui des 12 milliards de l’initiative Ppte et l’Union européenne et surtout l’affaire foireuse Dooh Collins, du nom du fameux expert, pris la main dans le sac, avait fini par avouer que les fonds débloqués par le Trésor public camerounais étaient utilisés pour «appâter» les services secrets suisses et français chargés de «fournir d'importantes informations». Ce à quoi il faut ajouter le départ du tout puissant Procureur général près le Tcs Emile Zéphirin Nsoga (un affidé d’Amadou Ali), toute chose qui agacerait aujourd’hui, murmure-t-on, le fils de Kolofata.  

Cavaye Yeguié Djibril.

75 ans, son cas ne manque pas également de cristalliser toutes les attentions, parce que, lui aussi, dans le viseur de la justice. Revenu d’une évacuation sanitaire, en effet, il y a quelques jours, le président de l’Assemblée nationale peine à retrouver toutes ses forces. Indexé pour ses déclarations publiques dans la lutte contre Boko Haram, le très honorable refuse de prendre de l’âge, il semble toujours garder le moral et compte toujours présenter l’image d’un homme en pleine forme. Sauf que rien n’enlève au fait qu’il siège à l’Assemblée nationale depuis 1970, soit 45 ans. Il a été questeur lors de la première et deuxième législature, vice-président lors de la troisième législature. Le 31 mars 1992 (cinquième législature), il est élu président de l’Assemblée nationale. Depuis 23 ans, il trône sans discontinuer au perchoir.

Agbor Tabi rechute.

Deux mois après son retour au Cameroun suite à une évacuation sanitaire très médiatisée et presque deux semaines après son maintien au gouvernement,  la santé du secrétaire général adjoint de la présidence de la République (Sga/Pr) se serait dégradée. Selon des sources introduites, Peter Agbor Tabi est en passe de faire à nouveau l’objet d’une évacuation sanitaire. Si ce n’est déjà fait. Le mal qui le ronge est entouré d’un halo de mystères. Et charrient bien de versions. Pour certains, les déboires sanitaires du Sga/Pr sont liés à son éviction de la Rose Croix, de laquelle on ne sort jamais sans dommages. Pour d’autres, l’ancien Chancelier de l’université de Yaoundé I est victime d’attaques mystiques visant à le priver d’une ascension « évidente » au poste de Premier ministre, traditionnellement réservé à un « anglophone » venu du secrétariat général de la présidence de la République. Laquelle présidence s’abstient, jusqu’ici, de situer l’opinion sur la santé d’un de ses secrétaires généraux adjoints. Un mutisme qui nourrit la polémique.

© La Météo : Mamouda Labaran

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire
Inscrivez-vous à notre service gratuit de newsletter pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.