Sidebar

17
Sam, Nov

Politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Dix-neuf partisans de Maurice Kamto, candidat malheureux à la présidentielle du mois dernier au Cameroun, ont été arrêtés dimanche 4 novembre à Bafoussam (ouest) lors de manifestations contestant la victoire du président sortant Paul Biya.

Ces interpellations par la police ont eu lieu en deux endroits de Bafoussam, capitale de la région Ouest, où les partisans de Maurice Kamto manifestaient. Des membres du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), le parti de Maurice Kamto, avaient annoncé qu’ils avaient l’intention de manifester dimanche à Bafoussam pour protester contre les résultats de la présidentielle du 7 octobre, qui ont donné la victoire au président Biya, 85 ans, au pouvoir depuis 36 ans.

« Hold-up électoral »

Des manifestants ont posté sur les réseaux sociaux des images de ces rassemblements au cours desquels a été dénoncé un « hold-up électoral ». Un important dispositif policier restait en place à Bafoussam par crainte de nouvelles manifestations dans la soirée, selon des témoins.

Seize militants du MRC qui manifestaient pacifiquement le 28 octobre à Yaoundé contre les résultats de la présidentielle, avaient été arrêtés et remis en liberté deux jours plus tard.

Maurice Kamto qui se proclame « président élu » a demandé vendredi à la « communauté internationale » de recompter les voix. Il avait proclamé sa victoire dès le lendemain du scrutin, deux semaines avant la proclamation officielle des résultats.

Cet avocat de 64 ans affirme que l’élection a été marquée par des « fraudes massives et barbares », mais entend « faire triompher la vérité » par « des moyens pacifiques ». Le président Biya réélu pour un 7e mandat consécutif avec 71,28% des voix (contre 14,23% à Kamto), prêtera serment le 6 novembre, 36 ans jour pour jour après son arrivée au pouvoir en 1982.

Jeuneafrique.com

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire