Sidebar

21
Mar, Mai

Opération épervier
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times


Pour Mendim Menko’o, directeur financier à la Snh et témoin de l’accusation, seul le virement de 02 millions de dollars au titre du remboursement du déposit de la Cbc a posé problème, rapidement résolu par les instructions données par le Minefi Meva’a m’Eboutou. Autre difficulté rencontrée après le virement des 29 millions de dollars, relève le témoin, l’obtention des justificatifs pour cette opération comme l’exigeaient les banques françaises. «Nous n’avons pu obtenir du Minefi, révèle le témoin, ni le contrat, ni le bon de commande. Nous nous sommes ensuite tournés vers la Camair en tant qu’intermédiaire, sans résultat». Face à la menace de fermer les comptes de la Snh par les banques françaises, il a fallu, indique-t-il, que l’Adg de la Snh se déplace pour expliquer le fonctionnement de la Snh. 

Faisant face à l’accusé de Marafa, le témoin déclare que le dossier de l’acquisition de l’avion n’a pas été traité par le Conseil d’administration de la Snh dont Marafa assurait la présidence. A la question de savoir si la Snh disposait d’un contrat pour virer une somme aussi importante, le témoin rétorque que «la Snh est une entreprise d’Etat et peut être amenée à virer des fonds à la demande de l’Etat, et c’était le cas». 

Lorsque Yves Michel Fotso lui pose la question de savoir si la Snh a fait le virement de 29 millions de dollars à qui de droit, le témoin rétorque que «nous avons reçu des instructions et nous avons payé; il appartenait au bénéficiaire de se plaindre lequel a accusé réception du virement via nos banques». Pour le témoin, l’argent est bel et bien parvenu à Gia international et que l’accusé Yves Michel Fotso n’avait qu’à apporter la preuve contraire. De plus, indique le témoin, tout paiement fait à la Snh est suivi d’une information au bénéficiaire. La Camair a été informée de même que le Minefi. 

Sur l’absence des justificatifs ou de support pour le virement, le témoin accuse Michel Fotso de n’avoir pas mis à la disposition de la Snh lesdits documents, en dépit de nombreuses relances. «Le document que vous nous avez fait tenir et que je tiens en main n’a pas pu convaincre nos banques quant à la crédibilité de l’opération effectuée. Les demandes de justifications vous ont été adressées en 2001, indique le témoin et la Snh était obligée de rechercher elle-même ces justificatifs». 

Lorsque l’ex-Adg de la Camair lui tend un document et lui demande de confirmer l’existence d’un contrat entre Gia et la Camair, le témoin déclare ne pas pouvoir se prononcer sur un document parcellaire qui ne concerne en rien la Snh. Il est alors 0h23mn ce jeudi 26 juillet 2012 lorsque prend fin l’audition de ce deuxième témoin de l’accusation.

E. M. | Mutations

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire