Sidebar

16
Dim, Jui

Opération épervier
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

2h30 minutes. C’est le temps qu'aura passé l'ancien Ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation (Minatd), Marafa Hamidou Yaya, hier à l'Hôpital de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cops), situé au quartier Essos à Yaoundé. Il est en effet 10h lorsque l'ancien Secrétaire Général de la présidence de la République (Sg/Pr), à bord d'un car hiace de patrouille du Secrétariat d'Etat à la Défense (Sed), fait son entrée dans le tout nouveau bâtiment de ce centre hospitalier. Il se trouve, dans le même car, une dizaine de gendarmes. 

Derrière eux, un pick-up à bord duquel se trouvent six soldats du Groupement polyvalent d'intervention de la gendarmerie nationale (Gpign), une unité d'élite de notre gendarmerie spécialisée dans la répression du grand banditisme. Ils sont lourdement armés et tous parés de gilets de protection. Une trentaine de minutes après, une rutilante Hyundai bleue du Sed, immatriculée 21201645, s'immobilise dans la même enceinte. Elle est conduite par une dame en civil. Quelques minutes plus tard, Marafa Hamidou Yaya sort de l'accueil et rentre dans le véhicule, la main levée, pour saluer la foule de badauds qui s'y est constituée spontanément. Celle-ci est composée en majorité de médecins, infirmiers et patients, qui lui répondent par des applaudissements et des youyous. 

Assis derrière et à droite avec à sa gauche un soldat du Gpign, le cortège composé désormais de trois voitures se dirige vers le service ophtalmologie. Selon l'un des soldats présent dans le car Hiace qui transportait l'ancien Ministre d'Etat, ce dernier se serait plaint de la chaleur, et c'est la raison pour laquelle le véhicule flambant neuf aurait été dépêché et climatisé. Il va passer un peu plus de 2h dans le bloc ophtalmologie. L'on présume que l'ex-Minatd y était pour des problèmes oculaires. 

En tout cas, nos différentes tentatives d'obtenir plus amples informations auprès de sources médicales ont été vaines, ces dernières invoquant le «secret médical». Lorsque le toujours membre du Bureau politique du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) au pouvoir, sort du bloc ophtalmologie, il dit à ses ange-gardiens ne pas être en même de sortir sous le soleil de plomb ambiant, le temps de rejoindre la voiture. Dans un costume sombre, le geste raffiné, Marafa Hamidou Yaya jette un regard panoramique vers la foule qui le prend en chasse, avant d'entrer à nouveau dans la voiture. Nous sommes aux alentours de 13h, le cortège hautement sécurisé de l'ancien Minatd reprend la route du Secrétariat d'Etat à la Défense. 

Cette sortie pour l'hôpital de Marafa Hamidou Yaya intervient alors même que le Président de la République, Paul Biya, est en voyage en France. Elle intervient surtout au lendemain de la publication mercredi dernier d'une tribune libre dans le journal français Le Monde. Repris intégralement par votre journal dans son édition d'hier, Marafa estime, dans cette tribune, que «l'après-Biya doit commencer» maintenant. Pour l'ancien proche collaborateur de Paul Biya, il ne faut plus attendre 2018, année à laquelle s'achève théoriquement le mandat de l'actuel Chef de l’Etat Paul, 80 ans, 30 ans de pouvoir. 

Pour mémoire, Marafa Hamidou Yaya a été arrêté puis écroué à la prison centrale de Yaoundé (Kondengui) le 16 avril 2012, puis, depuis le 25 mai, au Secrétariat d'Etat à la Défense. Il avait finalement été condamné le 22 septembre 2012 à 25 ans de prison, pour détournement en coaction de la somme de 24 milliards de Fcfa, dans le cadre de l'acquisition d'un avion présidentiel. 

Mutations :  JEAN DE DIEU BIDIAS

Kongossa.fr, l'actualité du Cameroun en 

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire