Sidebar

20
Ven, Sep

Opération épervier
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Etats-Unis. L’ancien patron de la Camair poursuit également Jean-Baptiste Bokam, Pascal Magnaguemabe, etc. devant un tribunal de l’Oregon, pour torture. Il exige plus de 5 milliards de dommages intérêts.

Yves Michel Fotso a bien déposé une plainte contre Paul Biya aux Etats-Unis. Selon des documents dont Le Jour a pu se procurer des copies, le président de la République n’est pas la seule personnalité concernée. Jean-Baptiste Bokam, secrétaire d’Etat à la Défense chargé de la Gendarmerie nationale, Pascal Magnaguemabe, juge d’instruction près le Tribunal de grande instance du Mfoundi, Justice Soh, procureur de la République, le colonel Amadou et Innocent Mbouem sont également cités dans les plaintes de l’ancien administrateur directeur général de la Camair.

Les intérêts de Yves Michel Fotso devant le tribunal de l’Oregon, qui a été saisi, sont défendus par l’avocat Kelly R. Beckley. Selon les termes des plaintes datées du 6 août 2012 et déposées contre chacune des personnes concernées, celles-ci ont 20 jours, à compter de la date de réception, pour adresser leurs réponses à l’avocat du plaignant. Faute de quoi, précise l’avocat de Yves Michel Fotso, un jugement par défaut sera rendu contre elles.

Yves Michel Fotso reproche aux personnes citées plus haut des faits de torture, de fausses accusations, de détention arbitraire et de rupture abusive de contrat.

Selon la plainte de l’ancien administrateur directeur général de la Camair, Paul Biya est responsable de la torture dont il a été victime pendant sa détention à la prison centrale de Kondengui et lors de son transfèrement dans les cellules du secrétariat d’Etat à la Défense. Car, selon Yves Michel Fotso, en tant que président de la République, Paul Biya porte la responsabilité des actes des membres du gouvernement et de toutes les personnes qu’il a nommées.

Torture

S’agissant de Jean-Baptiste Bokam, Yves Michel Fotso estime qu’en tant que secrétaire d’Etat à la Défense chargé de la Gendarmerie nationale, il est responsable des actes de torture commis par les gendarmes sur sa personne. Les personnes directement accusées de ces actes de torture sont le colonel Amadou et le lieutenant Mbouem.

Quant au juge d’instruction, Pascal Magnaguemabe, il lui est reproché d’avoir ordonné l’incarcération de l’ancien patron de la Camair depuis le 1er décembre 2010. Une détention jugée abusive par Yves Michel Fotso et ses conseils.

Dans la suite des faits tels que décrits par l’avocat Kelly R. Beckley, on insiste sur les conditions de détention de Yves Michel Fotso à la prison centrale de Kondengui. L’on apprend, par exemple, qu’il était logé dans une petite cellule sans fenêtre, mal aérée et presque pas éclairée par la lumière naturelle. Qu’il a été privé de papier et de stylo pour ne serait-ce qu’écrire à sa famille. Qu’il a été privé de toute lecture, même du journal gouvernemental, Cameroon Tribune. Que Yves Michel Fotso a été tabassé, a reçu des coups de pieds, a été « électrocuté ».

L’avocat ajoute que toutes ces violences physiques ont entraîné, chez la victime, des traumatismes dont il continue de souffrir jusqu’à ce jour. « Les accusés  Paul Biya, Pascal Magnaguemabe, Justice Soh, Jean Baptiste Bokam, et le colonel Amadou ont agi intentionnellement ou avec une indifférence grave et contraire aux règles du droit international, en ordonnant à Mbouem Innocent de torturer », lit-on dans la plainte.

Pour tous ces motifs, Yves Michel Fotso et son avocat demandent au tribunal de l’Oregon de condamner Paul Biya, Pascal Magnaguemabe, Justice Soh, Jean Baptiste Bokam, le colonel Amadou et Mbouem Innocent à lui verser, solidairement, la somme de 10 millions de dollars (5 220 000 000 Fcfa) en guise de dommages intérêts. Et qu’ils soient également condamnés à payer les frais de justice.

© Le Jour : Jean-Bruno Tagne et Eva Mballa

 

Kongossa.fr: l'actualité du Cameroun en temps réel:

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire