Sidebar

20
Mar, Aoû

Opération épervier
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
Ils seront présentés au procureur de la République, ce mardi à Douala, en compagnie des trois ex-cadres en garde à vue depuis plus de deux semaines.

Plus d’une dizaine de? personnes, des femmes surtout, ont passé la journée d’hier assis? à la division régionale de la police judiciaire du Littoral à Bonanjo. Par vagues, elles entraient dans le bureau du chef ?de la division de la police judiciaire, ?le commissaire principal Vincent Minkoa Ngah où apprend-on, des enquêteurs ?étaient à? pied d’œuvre.

La plupart a été suspendue en fin du mois de juillet ?à la Communauté urbaine de Douala, en?liaison avec l’affaire de détournement de deniers publics. Aux environs de 15h, la nouvelle a circulé parmi les membres des ??familles ?qui, depuis le matin, attendaient anxieusement dans la cour de la structure.?«Ils vont être déferrés au parquet dans quelques instants?», indique une source. Apparemment, d’aucuns étaient psychologiquement préparés, puisqu’ils ??transportaient ?des draps et autres habits destinés aux sœurs retenus dans ces locaux de la police depuis le matin. Sone Makogé, ex-receveur municipal, Leonie Tete, ex-fondé de pouvoir et Maboua Madengué, ex-chef de la comptabilité de la Cud prennent alors place dans le car de la PJ. Ils sont suivis par la quinzaine de sous caissiers sortis du bureau du chef PJ. Quelques minutes après, ils redescendent tous du véhicule. «On les déférera plutôt demain, le procureur vient de demander 24h supplémentaire pour examiner ce dossier volumineux?» confie à? La Nouvelle Expression l’avocat d’un des mis en cause. Mais une trentaine de minutes plus tard, le muni bus de la police fait des manœuvre et vient se garer. Tous sont reconduits à bord. Direction, le parquet du TGI du Wouri. Là-bas, ils sont introduits dans le bâtiment. Une demi-heure va s’écouler. Puis ils vont ressortir pour s’engouffrer dans le véhicule. Certains pensent qu’ils vont prendre la direction de la prison de New-Bell. On apprend plutôt ?que

le procureur de la République près le tribunal de grande instance ne disposait pas du temps matériel pour gérer leur cas sur le champ. «?C’était juste pour prorogation de la garde à vue de vingt quatre heures?», révèle une source proche du dossier.

Complicités plus étendues

Les sous caissiers et ex-cadres seront ramenés dans les cellules de la PJ, pour attendre leur présentation au parquet ce matin. Selon un avocat, ?l’enquête préliminaire est bouclée au niveau de la police judiciaire et devra être transmise au procureur de la République. «?Lequel va saisir le juge d’instruction. A son tour, ?celui-ci qui va signer éventuellement? les mandats de détention provisoire pour la prison de New-Bell.? Dans tous ces mouvements, ils étaient suivis par une bonne dizaine d’employés de la communauté urbaine de Douala, et surtout des membres de la famille inquiets. Surtout que certains d’entre les mis en cause ont été interpellés à la fin de la semaine dernière alors qu’ils étaient en train de voyager. «On a pris mon mari sur la route de Nkongsamba?», explique une dame éplorée. Ces sous caissiers, majoritairement des dames, ont d’abord été convoqués vendredi dernier. Ils sont revenus hier, presque sereins qu’ils retourneraient à la maison. Des indiscrétions indiquent que certains ont accepté de combler le trou de caisse constaté dans leur service. De telles transactions ne seraient pas du ressort des enquêteurs. Les dernières informations font état de ce que les complicités sont plus étendues. Par conséquent, la liste des clients est loin d’être clause.

Des sources policières indiquent que leur liste a été communiquée ?à ?toutes les unités des forces de maintien de l’ordre, (aéroport, port, frontières du pays) pour éviter toute tentative de fuite. ?Les ex-cadres et sous caissiers de la Communauté urbaine de Douala sont soupçonnés de détournement de près de 3 milliards de Francs. Des indélicatesses de gestion mises à nu par le rapport de la commission conjointe Minatd-Minfi qui a séjourné dans cette structure, d’avril à juillet 2009.

(lanouvelle expression)

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire