Sidebar

24
Sam, Aoû

Opération épervier
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

ImageLes avocats du collectif de défense de Polycarpe Abah Abah ont, enfin, reçu hier, mardi 1er décembre 2009, notification de la requête d’appel du ministère public. Il s’agit de l’appel interjeté contre l’ordonnance de clôture de l’information et de renvoi rendue le 30 septembre 2009 par le juge Batoum et notifiée aux parties.

Concluant à l’insuffisance des charges retenues contre les accusés, le ministère public saisira la Chambre de contrôle de l’instruction de la Cour d’appel du Centre d’une requête aux fins de réexamen de l’ordonnance rendue par le premier juge. C’était le 07 octobre 2009. Les trois premières audiences de la Cour d’appel du Centre ont débouché sur un constat de refus de notification de la requête aux avocats de la défense, qui s’en sont d’ailleurs plaints, criant au dilatoire. Ce d’autant plus qu’à la deuxième audience du 03 novembre 2009, un magistrat de la collégialité a invité les avocats de la défense à ne pas se presser, leur expliquant qu’ils en ont pour six mois, avant  la « mise en état du dossier».
« Nous avons reçu notification de la requête d’appel du ministère public et la cause, explique Me Jean Calvin Billong, a été renvoyée au 15 décembre 2009 pour la suite de ladite notification aux parties qui n’étaient pas représentées, soit personnellement, soit par avocat interposé. Seuls  les accusés Polycarpe Abah Abah et Mme Elombat ont été notifiés. Nous nous attelons, dès maintenant, à préparer nos conclusions que nous produirons le 15 décembre prochain. Tous ceux qui n’ont pas été notifiés aujourd’hui, déplore l’avocat, le seront à la prochaine audience et il faudra leur donner deux semaines de plus pour préparer leurs répliques. Nous déplorons toutes ces manœuvres dont la finalité est de retarder le dossier. De plus, s’indigne  Me Billong, nous ne pouvons pas savoir quand ceux qui sont détenus seront extraits pour donner leurs explications ».
« Quoi qu’il en soit, conclut Me Billong, il ne faut rien attendre de cette Chambre de contrôle de l’instruction de la Cour d’appel du Centre qui, d’ores et déjà, est en porte-à-faux avec la loi. Notre demande de libération immédiate est en cours d’élaboration. Nous ne l’avons pas encore introduite auprès du président du Tgi du Mfoundi, mais cela ne saurait tarder ».
Accusé de détournements de deniers publics, Polycarpe Abah Abah a été arrêté le 31 mars 2008 dans le cadre de l’opération Epervier et écroué le 08 avril à la prison centrale de Kondengui. L’ex-Minfi entame bientôt son 20ème mois de détention préventive, sans jugement.  Sa détention, estiment ses conseils, est « illégale depuis le 09 octobre 2009 ».  L’information clôturée  le 30 septembre 2009 étant présentement en réexamen à la  Cour d’appel du Centre, à la requête du parquet. Dans le cadre d’une nouvelle instruction.

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire