Sidebar

24
Sam, Aoû

Opération épervier
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Adolphe Moudiki 

Cité depuis déjà des années dans beaucoup d'affaires de détournement de fonds publics, l'Administrateur Directeur Général de la SNH (Société Nationale des Hydrocarbures) est pris dans un étau. La SNH étant la société qui a été sollicitée plus d'une fois pour des décaissements «personnels» du pays. Pour ce cas, le tribunal criminel spécial aura du grain à moudre lors des probables prochaines auditions. Mais tout porte à croire que Yap Abdou et ses collaborateurs seront butés sur la sénilité sans cesse décriée par les nombreux rapports servis au Chef de l'Etat. Pour qu'il soit aujourd'hui auditionné et inculpé, le Chef de l'Etat devra d'abord le limoger et permettre à la justice de faire son travail. 

Antoine Bikoro et Louis Claude Nyassa 

Le Directeur Général Adjoint et le Président du Conseil d'Administration du chantier naval ont un destin croisé. Rattrapés par leurs frasques dans cette société, un décret les limogeant devrait venir accélérer leur audition. Aujourd'hui, ce duo de choc vient par des moyens peu orthodoxes d'avoir gain de cause dans le bras de fer qui les opposait au très brillant Directeur Général Kwi Ho Moon, le Coréen qui avait jusqu'ici démasqué leur gabegie au sein du chantier naval; stratégie du Chef de l'Etat ou volonté manifeste de nuire aux intérêts nationaux? L'avenir nous le dira. Selon quelques sources, ces deux dirigeants se bomberaient le torse en rassurant qui veut les entendre que seul le Chef de l'Etat et un décret pourrait les faire quitter ce juteux «navire». L'on se rappelle que Louis Claude Nyassa (un patriarche Sanaga, la souche du clan Tsinga) a été l'ingénieur qui à réalisé les travaux de construction de l'immeuble abritant la SNI (Société Nationale d'Investissement) où il officiera comme Directeur Général. Ces états de service bien connus du Chef de l'Etat et susceptibles de peser sur la balance au cas où Yap Abdou et son équipe voudraient l'auditionner. 

Biwole Sida 

L'actuel inspecteur général du Minsanté (Ministère de la santé) et actuel secrétaire général par intérim après la nomination du directeur général de l'hôpital gynéco-obstétrique de Ngousso à Yaoundé est rattrapé par un rapport du Contrôle Supérieur de l'Etat faisant état en son temps d'un détournement estimé à 2 milliards de francs CFA. Lorsque Biwolé Sida est limogé de l'hôpital central et muté au ministère de la santé, l'actualité sur la présence au Cameroun d'homosexuels au sein de la classe politique dirigeante bat son plein. Soupçonné d'avoir «rafistolé» quelques «derrières» lorsqu'il était Directeur de l'hôpital central, il ne devrait jusqu'ici pas voir son dossier s'ouvrir au tribunal criminel spécial, sans doute protégé par quelques réseaux soupçonnés d'être déviants par bon nombre de personnes vont forcement empêcher un «déballage» à la «Marafa» de ce haut commis de l'Etat. 

Jean Pierre Biyiti Bi Essam 

L'ex-ministre de la communication aurait distrait 130 millions destinés à la couverture médiatique de la visite papale. Soupçonné d'être très «incrusté» dans la secte qui domine au Palais de l'unité, son dossier pourrait se noyer au tribunal criminel spécial où Yap Abdou est le magistrat. Venant du Palais de l'unité, ce magistrat en état de service actuellement irréprochable, pourrait être dissuadé de l'auditionner. Des langues pendantes du côté de Mendong le dénonceraient aujourd'hui d'avoir organisé il y a déjà un certain temps une messe dans son domicile où l'on adorait une image d'une beauté «angélique» placée sur le mur. Deviances ou pratiques obligatoires? «II n'y a que le chaton qui connait le miaulement de sa maman». 

Louis Bapès Bapès 

Est-ce vraiment la fin pour le Minesec? Il serait aujourd'hui très peu vu lors des cérémonies officielles; préférant envoyer de temps en temps le ministre, Secrétaire d'Etat. Le tribunal criminel spécial l'inquiéterait-il? Tout le monde sait que les chefs d'accusation qui ont permis d'incarcérer aujourd'hui Catherine Abena et ses collaborateurs ne peuvent éviter le chef du département ministériel qui ne pouvait être en dehors de ces décaissements; lui étant l'ordonnateur principal. Des sources nous ont rapporté que ce serait Louis Yinda qui le protègerait. Ce proche du Chef de l'Etat et actuel président directeur général de la Sosucam (Société Sucrière du Cameroun) utiliserait son vaste réseau pour ébranler l'action du gouvernement. On l'a vu lors des émeutes de Mbandjock. 

Emmanuel Mbiam 

Cet avocat au barreau du Cameroun et député de la nation est réputé dans son village pour ses coups de poing lorsque le dialogue ne fait pas d'effet. Son passage au ministère des finances à l'époque de Polycarpe Abah Abah ont laissé des traces; le tribunal criminel spécial qui se penche sur son cas actuellement n'arrive pas à le poursuive car son immunité étant brandie comme un passeport pour la liberté. A l'annonce du report des élections législatives et municipales, Me Mbiam a jubilé sentant son éviction prochaine de l'hémicycle. 

Bruno Bekolo Ebe 

Le recteur de l'université de Douala est à l'entrée du tribunal criminel spécial. L'arrestation et l'incarcération suivi du décès de son frère et ancien comptable en service à l'université de Douala confirme sa complicité. Depuis cette histoire, les réseaux du recteur se sont mis en branle et la cooptation d'un patriarche Eton de Monatélé; qui de surcroit est le père de l'actuel gouverneur de la région du Sud Jules Marcelin Ndjaga. Ce personnage respecté chez les Eton aurait donné le «pouvoir ancestral» au Chef de l'Etat; son influence aurait donc du crédit s'il s'avérait que les intérêts d'un de ses protégés soient menacés. 

Clobert Tchatat 

L'ancien Ministre de l'Urbanisme et de l'Habitat est soupçonné aujourd'hui d'avoir distrait lorsqu'il était en charge du ministère de l'agriculture et du développement rural 30 tracteurs. Un scandale qui avait éclaboussé Jean Nkuété venu hériter du problème. Ce ministre toujours controversé bénéficie jusqu'ici de la sympathie de la belle-mère du Chef de l'Etat, Rosette Mboutchouang. Des sources nous confirment que sa longévité au poste de Ministre a été due au fait que chaque fois que son nom avait «sauté» du gouvernement, son «parapluie» avait réagi par un coup de fil salutaire. Le nouveau tribunal criminel spécial aura donc du mal à mettre la main sur lui et ce quelque soit son degré d'implication dans des dossiers compromettants au Ministère de l'Habitat et du Développement Urbain. 

Francis Faï Yengo et Marcel Dayas Mounoume 

L'ancien Pca du PAD (Port Autonome de Douala) et actuel PCA de l'AER (Agence d'Electrification Rurale) attend son décret de limogeage pour se mettre au service de la justice pour coaction de détournement de deniers publics en complicité avec Dayas Mounoume Jean Marcel. Convaincu de ce fait par des nombreux rapports et audits effectués au sein du PAD, les détournements s'élèveraient à près de 35 milliards de francs. Les deux dirigeants seraient protégés dans les coulisses par l'actuel Minjustice. Selon des sources, se serait le Minjustice qui aurait joué des coudes pour faire nommer un «frère sawa» à la tête du PAD. Aujourd'hui le Minjustice lâchera-t-il son «bébé»? Le tribunal criminel spécial aura vraiment du pain sur la planche pour mordre ce dossier prêt à pleines dents surtout que des auditions se multiplient depuis son limogeage. 

Camille Akoa Akoa 

Le Directeur Général du Feicom selon des sources ne cesse de faire disparaître certains ordinateurs à l'approche du contrôle supérieur de l'Etat dans son institution. Très proche de l'ex-Minfi, Polycarpe Abah Abah, l'actuel DG du Feicom serait soupçonné d'avoir offert de gros pots de vin au détenu Marafa Hamidou Yaya. Pourquoi? Comme disent des uns, peut-être pour satisfaire des besoins énormes de l'actuel locataire de Kondengui qui avait la grande prétention de succéder au «nnom ngui». Démasqué, il bénéficie encore du réseau en place et très large de Marafa; mais n'oublions pas que Yap Abdou et ses collaborateurs ont reçu des consignes strictes pour attaquer ces dossiers brulants. 

René Mbayen 

La nomination à la tête du PAD d'Emmanuel Etoundi Oyono a accéléré l'intérêt du tribunal criminel spécial sur le cas du directeur général de la Camship. Le dossier du dragage du chenal du PAD qui avait été ouvert et contesté en son temps par Etoundi Oyono avant sa première éviction va refaire surface. René Mbayen avec plusieurs complices se partageraient après surfacturation des travaux la «modique» somme de 15 milliards de FCFA/an. Selon les dires de l'actuel DG du PAD (avant sa nouvelle nomination): «On n'a pas besoin de draguer le chenal chaque année et pendant dix ans.» La société de Mbayen, Boscampo/Boscali qui était en charge de ce travail a tout fait pour garder ce contrat de «dupe». La boite à pandore désormais ouverte, qui stoppera la justice? Bolloré est encore présente on le sait; mais Sarkozy est tombé. Quelle suite accorder à cette gabegie? Just Wait and See. 

François Ngoubene 

Le protégé d'Inoni Ephraïm qui entretiendrait un vaste réseau de détournements de fonds publics du côté de l'Ambassade des Etats Unis au Cameroun, a vu son «parapluie» rejoindre Kondengui. Des sources rapportent qu'à la suite de l'arrestation d'Inoni, François Ngoubene aurait commencé à alerter tout le monde sur un montage potentiel pour son arrestation par rapport à son implication dans l'affaire Albatros. Très probablement dépossédé de son immunité diplomatique et entendu par le juge Pascal Magnàguemabe dans les prochains jours, le percepteur se prépare. Même les autorités américaines auraient des yeux sur la fortune «bizarre» de ce percepteur. 

Noel Essiane 

Soupçonné d'avoir distrait la somme de 300 millions destinés à la réhabilitation d'une quarantaine de kilomètres de route en terre, le maire de Sangmélima serait sur le grill. Comptant encore sur la sympathie de beaucoup d'élite de Sangmélima, il se bomberait le torse sur la rumeur de son arrestation. 

Ali Bachir 

On n'arrive pas encore à comprendre comment ce député fait pour rester hors des geôles. Forcement convaincu de détournement en co-action avec Haman Adama (actuellement incarcéré à la prison centrale de Kondengui), Ali Bachir attend son interpellation. A travers les Ets Kemis, des rapports du Consupe lui imputent le détournement de 6 milliards de FCFA. Bien protégé du coté de l'hémicycle par Cavaye Yeguié Djibril, son dossier serait dur à croquer pour le TCS. On se souvient de la fuite de Dieudonné Ambassa Zang pour le Canada favorisée par Philémon Adjibolo qui n'avait pas voulu qu'on l'appréhende après la levée de son immunité. Quant sera-t-il donc pour ce député du Mbéré? That is the question. 

Jacques Fame Ndongo et Gervais Mendo Ze 

Comme dit l'adage: «la vérité a des courtes jambes». On se souvient encore de la déchéance derrière les rideaux de Gervais Mendo Zé après qu'il ait été convaincu de détournement de deniers publics. Une démarche incomprise aujourd'hui. Pour l'arrimage de la CRTV sur satellite, un détournement de plusieurs millions avec le quitus de Jacques Fame Ndongo alors PCA et «biyaïste» convaincu vient de faire surface, dénoncé par un rapport du Consupe. Comme l'actuel Minesup sert le Chef de l'Etat, Paul Biya, avec un dévouement aveugle; ce dossier a de fortes chances de ne jamais être exhumé. 

Charles Metouck 

Actuellement son passeport serait retenu depuis au moins un an. Etant passé devant le juge plusieurs fois, Charles Metouck n'arrive pas à être inculpé pour détournement de deniers publics. La raison étant toute simple, la SONARA étant une société à actionnariat, seule une plainte pour abus de biens sociaux peut lui être imputée. Une plainte qui peut être déposé par des sociétés actionnaires telles que le PAD, la SNH, etc. Son maintien au Cameroun permet désormais d'être bien fixé sur son sort. Les lobbies qui l'ont soutenu jusqu'ici ne perdent rien pour attendre, son dossier avance doucement mais sûrement, l'équipe à Abdou Yap aura certainement du grain à moudre tout en luttant avec les réseaux. 

Paul Kanmogne Fokam 

Le Président Directeur Général d'Afriland First Bank est à la tête selon des sources d'au moins 30 entreprises. L'érection de cette banque qui s'est faite de manière très rapide est le fruit selon des investigations des lobbies pilotés par Marafa Hamidou Yaya qui cherchaient une banque dans laquelle positionner l'argent de son prochain «gouvernement fantôme». La Cobac d'abord a là des soupçons pour commencer des investigations pour blanchiment d'argent. Le patron de Vox Africa probablement présenté au tribunal criminel spécial pour fraude fiscale et coaction de détournement, des sources l'accuseraient même d'avoir fait transiter des fonds occultes de sa banque vers l'Ordre de Malte. 

Jean Jacques Ndoudoumou 

Le Président de l'Asmodisa est soupçonné aujourd'hui de malversations diverses à l'ARMP (Agence de Régulation des Marchés Publics). Mais à part cela, le dossier de la liquidation de l'ex-ONCPB referait surface y compris un détournement de près de 500 millions de francs issues des recouvrements des créances effectués par lui. Ayant déjà été démasqué une fois par les jeunes de son village qui ont au passage du cortège présidentiel remis une lettre au Chef de l'Etat en main, il attend que le TCS se penche sur son cas; peut-être là ses réseaux occultes seront mis à contribution pour étouffer les casseroles.

 

 

Jean Pierre AMANA (Le Soir)

 

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire