Sidebar

12
Mar, Déc

Opération épervier

Le mandat de comparution de l’ancien ministre par devant le juge d’instruction N°2 du TCS- le Tribunal criminel spécial, est affiché au babillard de la mairie de Yaoundé 1.

«Les affaires de justice se gèrent au palais de justice. Comment le mandant de comparution d’Essimi Menye peut se retrouver afficher sur le mur d’une commune ? Ce n’est pas une publication de bans qu’on peut retrouver partout. En tout cas, il y a quelque chose qui ne va pas », réagit un usager rencontré à la rue Céper à Yaoundé. « Peut-être que c’est manière de faire savoir aux personnes liges de l’ancien ministre que celui-ci est éperviables.

Il n’est pas différent des autres Eperviés actuellement en prison. D’ailleurs, on a vu comment sa fuite du pays a fait couler beaucoup d’eau sous les ponts. L’homme qu’on disait gravement malade, s’est plutôt retrouvé dans les couloirs de la Banque mondiale. Il doit répondre de ses malversations financières », développe un autre.

« L’on veut seulement salir le nom d’Essimi Menye. Je ne sais pas comment on peut manifester cette ingratitude pour quelqu’un qui a aidé le pays à atteindre le point d’achèvement des pays pauvres très endettés. Essimi Menye affirme toujours ne pas être concerné par tout ce qui se dit contre lui dans la presse. Ce n’est rien d’autre qu’un acharnement judiciaire », regrette quelqu’un d’autre. Dans tous les cas, nous étions à la mairie de Yaoundé 1. Du mandat de comparution affiché, on lit qu’Essimi Menye, né le 28 septembre 1959 à Mfomakap, fils de Menye Jean Richard et de Bimo’A Ndomo Jeannette, avait à comparaître par devant le juge d’instruction N°2 du TCS-

Jérôme  Kouabou, à la porte 7 du palais de justice, le 1er août 2016. Vu les articles 11, 12, 13, 26 et suivants le Code de procédures pénales, vu l’information judiciaire contre Essimi Menye, cet ingénieur statisticien est inculpé de « détournement de deniers publics en coaction ». Pour le moins, ce qu’on peut appeler Affaire Essimi Menye prend une autre forme. Surtout qu’en faisant le balai, il se susurre des accusations de «détournement de deniers publics à la trésorerie générale de Douala » contre Essimi Menye, du temps où il était ministre des Finances.

Des langues indiscrètes soutiennent qu’avant son exfiltration du Cameroun, pour cause de maladie, « Essimi Menye avait déjà été auditionné à deux reprises par les magistrats du Tribunal criminel spécial ».

© Sans Détour : Gabriel AMBOMO

 Kongossa.fr, l'actualité du Cameroun en temps réel.

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire
Inscrivez-vous à notre service gratuit de newsletter pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.