Sidebar

23
Jeu, Mai

Opération épervier
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Compte-rendu d’audience. La première audience relative à cette nouvelle affaire Engo Pierre Désiré était présidée par la collégiale conduite par le Président Yap Abdou.

Dès l’ouverture de l’audience ‘’inaugurale’’, le greffier–audiencier a lu l’acte d’accusation qui amène l’ancien directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale devant le juge du jugement ce lundi. L’ancien Dg de la banque des accusés est accusé de détournement de 25.000.000.000Fcfa appartenant à l’Etat du Cameroun (Cnps). En effet, l’ordonnance de renvoi du 26 juillet 2012 du Tribunal de grande instance du Mfoundi stipule: «Un détournement de deniers publics d’une somme de 25.000.000.000Fcfa reproché à Engo Pierre Désiré le fait pour lui ‘’d’avoir courant 1999’’, obtenu ou retenu frauduleusement quelques bien que ce soit, mobilier ou immobilier, appartenant, destiné ou confié à une coopérative, collectivité ou établissement ou publics ou soumis à l’autorité administrative de l’Etat, en l’occurrence la somme de 25 milliards Fcfa». Faits prévus et réprimés par les articles 74 et 184 du Code pénal. Répondant à la question rituelle du tribunal sur sa culpabilité, il a choisi de plaider non coupable. Après cette première phase préliminaire, la défense soutenue par maîtres Bayebec et Engolo, a formulé une demande de mise en liberté sous caution. Qui selon eux, présenterait de solides garanties.

Ils se sont appesantis ensuite sur la longue détention, neufs ans sans jugement, de leur client. En fin, la défense pour soutenir la demande de la mise en liberté a pris l’appui sur l’article 301(1) du Code de procédure pénale. Il précise : ‘’Si l’affaire n’est pas en état d’être jugée, le Tribunal la renvoit à plus prochaine audience. Dans ce cas, il peut mettre le prévenu en liberté avec ou sans caution, assortie ou non d’une mesure de surveillance judiciaire. Le Tribunal a donné au Ministère public (l’accusation) pour ses réquisitions. Le défendeur n’a pas voulu «précipiter» des réquisitions. Il s’est rallié à l’esprit de l’article sus-évoqué en sollicitant du tribunal le renvoi de la présente cause le 24 mars 2014.

Pour mémoire, Engo a été appréhendé en 1999 pour une affaire des frais de recouvrement des loyers d’immeubles et meubles appartenant à la Cnps. Pour ces faits, il fut condamné à 20 ans de prison devant le Tribunal de grande instance du Mfoundi en 2005. Mais, li ne recouvra pas la liberté. Une nouvelle procédure est ouverte contre lui. Il est mis sous mandat de dépôt (MD) le 15 février 2004.

Aussi, même après avoir déjà purgé plus de 10 ans de prison, suite à sa première condamnation, l’ex-Dg de la Cnps, n’a pas bénéficié de la clémence présidentielle du 18 février. Dans la mesure où il était sous le coup d’une autre poursuite judiciaire en cours devant la justice depuis le 15 février 2005.

Avant son passage à la tête de la Cnps en tout début du règne du président Paul Biya, cet enfant du Sud, né dans les environs d’Ebolowa, occupait les fonctions du ministre de l’Industrie et du Commerce;

© Charles-Olivier Mbami : La Nouvelle Expression

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire