Sidebar

24
Sam, Aoû

Opération épervier
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times



Le député du Dja et Lobo, neveu de Paul Biya, chef de l'Etat, Bonaventure Mvondo Assam, surnommé «Bonivan» aura certainement joué un rôle non négligeable dans le processus ayant conduit le président de la république à se méfier de son ex-proche collaborateur, Marafa Hamidou Yaya, ancien secrétaire général à la présidence de la république et ancien ministre de l'Administration territoriale. 

Dans sa livraison d'hier, l'hebdomadaire L’Oeil du Sahel, déballe l'intégralité de la correspondance de Mvondo Assam Bonaventure à Paul Biya sur «la sécurité de la communauté bororo de la province du Nord-ouest». La correspondance est datée du 24 juillet 2008. Le vice-président de la commission de défense et de sécurité de l'Assemblée nationale tient à rendre compte au chef de l'Etat de la situation de la communauté Bororo de Sagba, dans le département de la Mézam, province du Nord-Ouest. Ceci après avoir été interpellé par des députés de l'Assemblée nationale. 

Dans un premier temps, Mvondo Assam Bonaventure accuse directement «le multimilliardaire, négociant et homme d'affaires doublé des qualités d'entrepreneur agro-industriel et pastoral», El Hadj-Danpoulo, «qui n'est pas Bororo», mais «haoussa» d'avoir «imposé de force, son homme de ligne en la personne de Mamuda Abdoulaye comme Lamido de Sagba. Ceci alors que «en juin 2007, au cours du processus de désignation du Lamido disparu, les 14 notables de la localité de Sagba ont, contre monsieur El Hadj Mamuda, jeté leur dévolu sur le choix de monsieur Adamu k. Buba». 

Mais très vite, derrière la main de Danpoulo, Mvondo Assam voit celle de Marafa Hamidou Yaya. A l'époque des faits, le nouveau locataire de Kondengui était ministre de l'Administration territoriale. Le neveu écrit à son oncle (ndlr: Paul Biya) en ces termes: «Monsieur le président de la république, dans différentes notes antérieures, nous avons souligné l'ambition d'un grand destin national qui anime monsieur Marafa Hamidou Yaya. Nous avons également établi la connexion entre le ministre d'Etat et El Hadj Danpoulo qui représente et défend ses intérêts à la fois politiques, financiers et économiques. Il est évident que l'action de monsieur Danpoulo et la grande liberté de manœuvre dont il bénéficie s'inscrivent dans un schéma d'assistance à monsieur Marafa Hamidou Yaya dans sa stratégie de conquête du pouvoir». 

Plus loin, il ajoute: «Lorsqu'il arrive au ministre d'Etat de rendre visite à son ami à Buyo, un tapis rouge lui est déroulé. Monsieur Danpoulo en personne s'emploie devant la communauté Bororo, à le présenter comme le chef d'Etat du Cameroun en 2011». Il conclut: «Nous sommes également fondés de penser, de façon rétrospective, que c'est dans cette optique que le gouverneur Koumpa Issa, actuellement à Yaoundé, a pour un temps été affecté dans la province du Nord-Ouest pour s'assurer et organiser les conditions du ralliement des Bororo à la cause Marafa Hamidou Yaya». 

Marafa Hamidou Yaya a eu connaissance alors qu'il était encore ministre de ce document. Dans sa première lettre adressée à Paul Biya le 2 mai 2012, il affirme avoir eu un entretien à ce sujet avec Paul Biya. Il affirme: «j'ai évoqué la nécessité de diligenter cette enquête, vous m'avez dit que votre neveu ne sait pas ce qu'il fait. Vous m'avez chaleureusement renouvelé votre confiance et vous m'avez demandé de ne pas tenir compte de cet incident. Je vous ai remercié tout en vous disant que si le Député Mvondo Assam ne sait pas ce qu'il fait, il ne devrait pas occuper un poste aussi sensible à l'Assemblée Nationale». Quelques mois avant la présidentielle, c'est autour de Belinga Eboutou de s'inquiéter de ses ambitions présidentielles.

Boris BERTOLT | Mutations

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire