Sidebar

26
Mer, Juil

Opération épervier

Le ministre d’Etat en charge de la justice et garde des Sceaux a reçu l’onction du chef de l’Etat pour traquer les auteurs des milliards détournés lors des indemnisations des projets structurants. Les masques s’apprêtent à tomber.

Ministres, secrétaires généraux, gouverneurs de régions, préfets, sous préfets, chef de services départementaux et régionaux, chefs traditionnels, caciques du régime vont bientôt être épinglés dans la prochaine phase de l’opération épervier. Depuis la présidentielle 2018 en passant par les appels à candidature de Paul Biya, les prévaricateurs de la République en liberté croyaient avoir étouffé leurs dossiers noirs.

Certains se faisaient l’idée que le régime du Yaoundé se serait désolidarisé de l’opération épervier pour se réconcilier avec le peuple. Il n’en est rien car la lutte contre la corruption et l’atteinte à la fortune publique continue normalement parce que le Cameroun doit se remettre sur les rails de sa gouvernance et répondre au rendez-vous de sa modernité. Il est important de souligner que plus de 200 milliards de Fcfa ont été décaissés par l’Etat entre 2013 et 2016 pour répondre aux indemnisations des riverains dans le cadre de la construction des projets structurants : Le port en eau profonde de Kribi, le barrage hydroélectrique de Lom Pagar, de Mekim et de Memvele, l’autoroute Yaoundé-Douala, Yaoundé-Nsimalen et bien d’autres projets de construction des routes.

Cette opération s’inscrivait dans la volonté du gouvernement de la République non seulement de favoriser la réussite de travaux mais aussi d’indemniser les propriétaires terriens des zones occupées par l’Etat pour utilité publique. Au stade actuel, l’affaire du détournement de 11 milliards Fcfa aux indemnisations des riverains du port en eau profonde de Kribi vient d’attirer l’attention de Paul Biya. 12 personnes sont aux arrêts à la prison centrale de Kondengui. Du fond de leurs cellules, certains promettent de dire toute la vérité pour aider la justice à réussir dans sa mission.

Laurent Esso reçu par Paul Biya ?

Le patron de la justice a été reçu par le chef de l’Etat. Une audience de plus de 03 heures dont le résultat ne saurait tarder dans les prochains jours. En plus de l’affaire de Kribi, les rapports déposés sur la table du chef de l’Etat indiquent que près de 35 milliards Fcfa ont été cambriolés dans les caisses de l’Etat au titre de ces indemnisations entre 2012 et 2016.

Dans cette nouvelle envolée judiciaire qui mettra bientôt le pays en branle, ministres, directeurs généraux, anciens ministres et hommes du commandement territorial n’y échappent pas. Des bandes organisées se sont jetées sur les finances publiques pour produire des faux titres fonciers, des domaines d’utilité publique frauduleuse dans le seul but de gonfler les enveloppes.

Cette complicité entre les préfets, sous préfets, les membres du comité interministériel et les ministres concernés a fait l’objet d’un rapport houleux pour dénoncer cette mafia qui a sérieusement outragé les caisses de l’Etat. La colère de Paul Biya est montée d’un cran, les consignes strictes sont données au ministre de la justice.

Le Tribunal criminel spécial(TCS) aux trousses de 40 personnalités dans le cadre de ces indemnisations dont le rapprochement inquiète certaines figures emblématiques du régime.

Tout un gouvernement pourrait se retrouver en prison. De Kribi à Lom Pangar en passant par Memvele, Mekin, Toutouli Meyo, Lobo, Bikoula et Abiété, les voleurs de la République se sont substitués aux riverains.

La corruption, les pots de vin et la volonté de s’enrichir ont accompagné ces opérations pendant que le trésor public payait le lourd tribut. La prison de Kondengui s’apprête à recevoir de nouveaux pensionnaires.

© L'Epervier : Valery Zoulla

 

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire
Inscrivez-vous à notre service gratuit de newsletter pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.