Sidebar

20
Dim, Oct

 

 

On connaissait le "brain drain", c'est à dire l'immigration des élites intellectuelles des pays en développement vers les pays riches. La récente défection de sept athlètes camerounais aux JO de Londres a mis en évidence un autre phénomène, tout aussi ancien : celui du

 

On n’est pas sorti de l’auberge. Les fugues se poursuivent dans la capitale anglaise et la taille de la Cameroon olympic team continue à se réduire davantage. Une semaine seulement après Drusille Ngako, gardien de but amateur de l’équipe olympique de football féminin, cinq boxeurs et un nageur ont à leur tour, pris la poudre d’escampette pour une destination inconnue.

 

A en croire Bernard Laurent Avom Bloup, leur coordonnateur, le paiement de cette dette, qui est d'ailleurs à l'origine de la déconfiture de l'équipe nationale de football au Mondial 2010 en Afrique du Sud, reste la condition siné qua-none pour que les Lions retrouvent leur gloire d'antan.

 

Avec 35 fautes commises et 4 cartons jaunes écopés, le Cameroun qui joue pour l’honneur ce soir, est la dernière équipe au tableau du fair-play après seulement deux journées dans le groupe E. Comme si cela ne suffisait pas, un autre fait divers est venu brouiller le séjour déjà

 

 

La Fédération camerounaise de football (Fecafoot) a répondu favorablement à la demande du sélectionneur français Denis Lavagne concernant l’attribution du brassard de capitaine, compte tenu du retour de Samuel Eto’o dans le groupe après sa suspension.

Plus d'articles...