Sidebar

24
Sam, Aoû

Kongossa
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
Joëlle Monique M. Z., accusée de l’exploitation sexuelle d'une mineure a été appréhendée récemment par des éléments de la brigade de gendarmerie de Recheres II d'Efoulan.

Elle aura procédé à l’enlèvement et à la séquestration d’une fillette de 13 ans cinq jours durant à Yaoundé. Joëlle Monique M. Z. utilisait la petite F.B. pour assouvir les instincts d'hommes et se faire de l’argent par la même occasion. L’odieux commerce débuté dans la nuit du 4 novembre, s’est achevé mercredi dernier, lorsqu’un proche de la fillette l’a aperçue à Olézoa. Ce qui a permis la capture de la présumée proxénète par les éléments de la brigade de Recherches II d'Efoulan.

C’est dans un état d’inconscience et allongée sur une natte jetée à même le sol que la petite F.B. a été retrouvée par sa famille dans l’après midi du 9 novembre dernier. Elle était couchée dans une pièce délabrée et ravagée par l’humidité dans une cité au quartier Olezoa, appartenant, a-t-on appris de source proche de la brigade de Recherches II d’Efoulan, à la présumée kidnappeuse.

Dans la nuit du 3 au 4 novembre dernier en effet, Joëlle Monique - qui loue une chambre à Ahala chez la tante de la victime- décide d’enlever la fillette. Elle l’amène alors dans sa cité à Olézoa, où elle la loge dans cette chambre délabrée. Les jours suivants, la petite F.B. vivra un véritable cauchemar. Elle sera droguée et gavée de somnifères pour assouvir les instincts de nombreux hommes, parfois à 3000 F la passe, selon les aveux de la suspecte. La fillette a révélé à cet effet qu’elle se réveillait parfois dans le noir et dans des pièces qu’elle ne reconnaissait pas, en présence d’homme. La présumée proxénète venait alors la chercher le lendemain matin, et l’enfermait. Les stupéfiants servaient aussi à calmer la fillette lorsqu’elle réclamait son père.

F.B. avait été arrachée trois semaine auparavant chez ses parents à Ebebda par sa tante soucieuse de lui permettre de poursuivre ses études. Joëlle Monique M. Z. aurait refusé de dénoncer ses clients dans l’affaire. Selon un proche de la jeune femme rencontré lundi à Olézoa, cette dernière est prostituée de profession et n’en est pas à son premier forfait. Elle aurait séjournée à Kondengui pendant au moins six mois. Joëlle Monique a été déférée au parquet du Tribunal de Grande Instance du Mfoundi lundi matin.

© Cameroon Tribune : Marcel TCHOUA

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire