Sidebar

23
Sam, Sep

Kongossa

Ce pasteur d’origine ghanéenne ne manque pas d’imaginations. Il engageait tout simplement des acteurs et des actrices et faisait la mise en scène de faux miracles. Guérison des infirmes, des aveugles, des fous, des malades de tout genre, tout était bon pour convaincre les foules à cotiser pour sa fameuse église dénommée ‘’ministère de la flamme divine de repentance’’.

Le plan était bien élaboré et les comédiens souvent bien entrainés et bien payés, du moins jusqu’au jour où le pot aux roses fut découvert. C’est à Kara une ville située au Nord du Togo à environ 400 km de Lomé, la capitale que le plan de ce faux pasteur a été déjoué.

Le fameux pasteur organisait des « campagnes d’évangélisation » et des « conventions de prière et de guérison miraculeuse » dans les villes et villages du Togo, du Ghana, du Bénin, de la Cote d’Ivoire et du Nigéria.

Avec l’aide de ses « assistants pasteurs » ou mieux « assistants de mise en scène », le fameux pasteur au faux nom de Révérend Georges Obia, organisait des séances d’entrainement et de partage de rôles aux « comédiens de l’église’ ». Certains jouaient aux infirmes, aux boiteux, aux malades mentaux, aux mendiants, aux aveugles, aux accidentés et aux malades de tout genre.

Les « malades imaginaires » allaient résider dans la ville à évangéliser deux à trois semaines avant la campagne ou la convention, histoire de devenir familier avec la population locale. Les comédiens jouaient bien leurs rôles si bien que la population locale croyait à de vrais malades jusqu’au jour de leur « guérison ».

© Source : Imatin.net

 

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire
Inscrivez-vous à notre service gratuit de newsletter pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.