Sidebar

22
Mar, Sep

Kongossa
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Serge Andze Djimi, un organisateur de spectacle basé à Douala accuse l’artiste musicien de lui avoir escroqué 40 millions Fcfa.

Un avis de recherche? dont Mutations a pu avoir une copie porte a été émis contre Petit-Pays par la Délégation régionale de la police judiciaire du Littoral (Drpjl) : «?Il y a lieu de rechercher activement sur l’étendue de la République le dénommé Moundi Adolphe Claude alias Petit-Pays né le 5 juin 1967 à Douala, fils de Moundi Adophe et Ewondjé Marthe, artiste musicien. Le sieur sus nommé s’est évadé le 25 novembre 2010 au parquet près le tribunal de première instance de Douala-Bonanjo. En cas de découverte, l’interpeller et le garder dans un poste de police ou de gendarmerie le plus proche et aviser la Délégation régionale de la police judiciaire du Littoral au numéro de téléphone 33 42 16 96 33 42 19 99?», peut-on lire sur l’avis de recherche est signé le 26 novembre 2010 par Ibrahima Iya, commissaire de police  principal.
C’est l’aboutissement d’une rocambolesque histoire qui s’est emballée jeudi le 25 novembre dernier. Serges Andze Djimi, le patron de Zean Evénementiel, une agence de prestation de service, interrogé par notre confrère Le Popoli révèle que Petit-Pays lui doit la somme de 40 millions Fcfa.

«?Petit-Pays a signé des contrats pour deux spectacles les 19 et 20 mai à Douala et Yaoundé. Mais on a dû les repousser en juin 2010 pour des raisons indépendantes de Petit pays. Sauf que les 18 et 19 mai où les spectacles étaient prévus, il les avait réservés à Massema productions. Alors, j’ai dû ramener au 16 et 17 juin 2010. Mais il n’est jamais venu alors que j’avais tout organisé. J’ai même vendu les billets. Mais les spectacles n’ont pas eu lieu. J’ai alors déposé une plainte à la brigade d’Akwa Sud?», raconte Serges Andze Djimi. A en croire ce dernier, l’artiste musicien se serait présenté par deux fois dans cette brigade de gendarmerie avant de ne plus faire signe. Selon les révélations de Me Bikélé, conseil de Serges Adnze Djimi, le mandat émis par le commandant de brigade d’Akwa a été ramené au niveau du parquet du tribunal de première instance Douala-Bonanjo. De sources judiciaires, Petit-Pays aurait ce 25 novembre  déféré à une convocation du procureur du tribunal. «?On l’a immédiatement interpellé et gardé à vue dans une cellule du parquet. Mais on ne sait par quel miracle il s’est évadé de sa cellule?», poursuit notre source.

Récidiviste
Depuis lors, l’artiste n’est plus joignable. Ni à sa résidence de Maképé, ni sur ses téléphones mobiles. A en croire une source policière, l’artiste musicien aurait «bénéficié des complicités au niveau du tribunal pour s’échapper de la cellule du parquet où il se trouvait. Il est impossible qu’il s’évade sans une aide», martèle notre source. Si l’artiste musicien par ailleurs président général de Caïman Football club de Douala n’est pas joignable, ses proches sont en contact avec lui. A la fin de l’authentique victoire remportée hier soir par Caïman sur Coton Sport (1-0), un membre de l’encadrement technique des «?Bana Ba Ngando?» confesse?: «?Nous sommes en contact avec le président. Juste avant le match, il nous appelait toutes les 30 minutes pour encourager les joueurs. Voilà pourquoi nous avons gagné?», informe ce membre de l’encadrement technique du club de Douala.
En matière d’accusation d’abus de confiance et escroquerie, Petit-Pays est un récidiviste. Le 29 avril 2009, deux de ses ex vigiles l’avaient cité à comparaitre au tribunal de première instance de Douala-Ndokoti. Eugène Patrick Mpacko et Alfreci Mbagaza, accusaient Rabba Rabi d’abus de confiance et lui réclamaient la somme 1. 210. 000 Fcfa. A en croire les deux vigiles, ils avaient travaillé chez «?le neveu de Jésus?» pendant deux ans. Sans jamais toucher l’intégralité de leur salaire qui s’élevait à 80 000 francs Cfa.

Eric Roland Kongou

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire