Sidebar

21
Mar, Mai

Kongossa
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
L’histoire de Nadine et de Jacques a fait le tour de la ville de Loum, localité située à une quarantaine de kilomètres de Nkongsamba, chef lieu du département du Moungo au Cameroun. Une histoire incroyable qui a poussée la jeune fille à fuir la ville, le jeune homme couché dans son lit d’hôpital inerte a laissé plus d’une personne dans le doute.

A voir Jacques, les yeux fermés à l’hôpital d’arrondissement de Loum, on reste franchement étonné de ce qui s’est réellement passé le soir du 21 au 22 novembre dernier au quartier Bonkeng entre Nadine, élève de la classe de première au lycée de Loum et Jacques, taximan de la ville.

Même si le monde du plus vieux métier n’est pas peuplé de saints. Après une soirée d’un concubinage express, cette jeune femme de 17 ans, a en effet choisi de fonctionner comme un rat de brousse : écumer l’obscurité pour trouver sa pitance. Seulement au contraire de ce rongeur qu’un adage dit muet sur ses épopées nocturnes, la belle de nuit s’est montrée peu avare de confidences sur son cauchemar survenu dans l’exercice de ses fonctions. Dans la nuit du 21 au 22 novembre 2007, elle s’est retrouvée après une série d’exercices de couple avec un homme inerte sur son lit.

Un homme avec les yeux qui ne se sont plus ouverts, ceux de Jacques Mbonjeh, un client de 30 ans embarqué quelques instants plus tôt dans un coin chaud de la ville. Celui-ci n’aura pas cette semaine la force et l’énergie pour verser sa recette journalière auprès de son patron.
" L’état de santé de Jacques évolue déjà car il a finalement ouvert les yeux ce matin ", confirmera une source médicale que nous avons rencontré ce vendredi 23 novembre.

Nadine regrettera amèrement d’avoir essoufflé Jacques au moment où ils écumaient avec tonicité  le fruit défendu.

Les voisines de Nadine affirment quant à elle qu’elle a l’habitude de recevoir quatre voir cinq hommes en une journée quant elle ne va pas à l’école

Au quartier Bonkeng, personne d’autre ne se doute des fréquentations instables de cette jeune fille qui a fait de la prostitution sa profession principale. L’une de ses voisines à qui elle avait l’habitude de se confier et qui a requis l’anonymat nous a affirmé que Nadine n’a jamais eu de  titulaire, entendez un amant permanent.

Pour quel mobile une frêle prostituée aurait-elle essoufflé un vigoureux compagnon d’un soir qui, en plus, a garé son taxi non loin de la chambre de sa cliente ?   Peut être Jacques était le premier client de la soirée nous confie une voix anodine dans la foule.

Semblerait-il, Nadine a l’habitude de prendre des substances aphrodisiaques qui lui permet  de fatiguer sa « proie ». Ceci dans le but de pouvoir recevoir plusieurs personnes en une soirée. Cette pratique est connue de plusieurs personnes dans la ville de Loum où les habitués préfèrent aller chez les prostituées à des heures tardives. Question de s’assurer que cette dernière aura déjà reçu une voire deux clients et que l’efficacité de la substance aphro serait diminué.

.Pour l’heure, la nouvelle du coma du pauvre Jacques est en train de faire la une des conversations à Loum. Nadine quant à elle s’est éclipsée. Le temps d’effacer l’histoire dans la tête des habitants de la ville de Loum mais, jusqu’à quand ?

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire