Sidebar

23
Ven, Fév

Kongossa

Quand  fornication et adultère font bon ménage
La scène se déroule hier au Motel Relais saint Hubert d´Ekié á yaoundé. Depuis quelque temps ,  le ménage de    monsieur Onana clément  avec  son épouse Ayi jacqueline Ondobo , enseignante,  vacillait et vacillait , tant l´époux soupçonnait sa dulcinée d´entretenir des relations coupables avec  le curé de la paroisse de Mfou, l´abbé Bindzi martin. Et comme toujours l´épouse balayait ces soupçons du revers de la main et affirmait avoir juste une relation franche avec l´homme de Dieu. 

En bon tacticien, il fit semblant d´y croire mais redoubla de vigilance par rapport aux allées et venues de son épouse.  Et voici que l´assertion selon laquelle «  99 jours pour le voleur, 1 jour pour le patron » s´est vérifiée hier á Ekié.

Sortie sans  mot dire á son mari, son épouse Ayi jacqueline Ondobo  répondit favorablement á une invitation du curé lui demandant de l´accompagner faire quelques courses á Yaoundé en cette veille de fêtes de fin d´année. Le court voyage Mfou-Yaoundé se passe sans problème. Mais avant de commencer les courses  et en bon « chaud gars «  , l´abbé Bindzi martin invite son « accompagnatrice » á prendre un pot.  Que de plus normal  quand on a bel ange á ses côtés ! Ils décident alors de le prendre  au Motel Relais Saint-Hubert situé dans une périphérie de Yaoundé.

C´était sans compter que l´époux soupçonneux  était á leurs trousses. Il trouva son épouse et le curé dans une position irrégulière  dans une chambre. Pire, l´abbé Martin Bindzi était á moitié nu.  Avait-il déjà  visité « la demeure » de monsieur Clément Onana ou voulait-il commencer á le faire , nos sources ne l´indiquent pas. Toujours est-il que , brûlant de colère devant une telle  flagrance, l´époux tabassa  copieusement monsieur l´abbé . N´eussent-été  les interventions musclées du personnel de l´hôtel,  le pire se serait  peut-être produit.

Alors que l´époux cocufié médite son sort dans une cellule du commissariat du 4eme arrondissement de Yaoundé, monsieur l´abbé Martin Bindzi vient d´ester en justice avec certificat médical á l´appui. Il souffre de traumatismes crâniens, de blessures et bénéficie d´une  incapacité  physique de longue durée.

Un casse-tête en perspective pour le juge qui devra dire le droit ;  entre adultère et fornication, quelle qualification donnera-t-il aux faits ?  Ou alors, pour s´être fait justice et provoquer des blessures corporels, le séjour de l´époux derrière les barreaux devra se prolonger ? Une double peine : cocu et privé  de liberté.

© Camer.be : Issa-Behala

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire
Inscrivez-vous à notre service gratuit de newsletter pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.