Sidebar

22
Mar, Oct

Kongossa
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
Akomezoa Afana Dieudonné Thomas doit répondre, ce matin, des faits de « menaces à main armée, menaces sous conditions, port et détention illégale d’arme et munitions de guerre ».

Par arrêté n°480/Cab/Pr du 27 août 2007 rapportant l’arrêté n°389/Cab/Pr du 28 août 2003, portant nomination de 179 élèves commissaires de police, Akomezoa Afana Dieudonné Thomas était révoqué des cadres de la police, « notamment, selon les termes d’un communiqué du Dgsn du 17 février 2009, pour faux et usage de faux diplômes, détournement de deniers publics, trafic d’influence, violences et voies de fait, utilisation abusive d’une arme à feu ».

En dépit de cette exclusion, l’ex-commissaire n’aura cesse de « se prévaloir du titre de commissaire de police. Afana Dieudonné se rendra ainsi coupable, à en croire le même communiqué, de nombreux autres cas d’atteinte à la sécurité des personnes et des biens ». Faisant suite à diverses dénonciations et plaintes et après l’exploitation d’une information mettant en cause l’ex-commissaire de police pour menaces à main armée, Afana Dieudonné est interpellé le 16 février 2009 devant l’ambassade de Côte d’Ivoire par les éléments de la division spéciale de contrôle des services, chargée de la police des polices. « Au moment de son interpellation, précise le même communiqué, M. Akomezoa Afana Dieudonné Thomas était effectivement porteur d’un pistolet automatique (PA), muni d’un chargeur garni de 4 munitions, dont il se servait pour arnaquer et menacer de paisibles citoyens ».
Mis le même jour à la disposition de la direction de la police judiciaire, pour enquête, l’ex-commissaire sera déféré au tribunal militaire de Yaoundé le 26 février 2009 et écroué le même jour à la prison centrale de Kondengui.
Renvoyé devant le tribunal militaire de Yaoundé, le commissaire de police révoqué doit répondre, ce matin, des faits de menaces à main armée, blessures simples, menaces sous conditions, port et détention illégale d’arme et munitions de guerre, usurpation de titre, violences et voies de faits, à la suite de plusieurs plaintes et dénonciations des personnes victimes. Entres autres dénonciations, celle de Siméon Feussouo Negem, datée du 17 février 2009, pour usurpation de titre et détention illégale d’arme à feu; une plainte de Désiré Bouilong, confirmée le 23 février 2009, pour menace à mains armée, coups et blessures, violences et voies de fait et, enfin, confirmation d’une plainte de Marie Laure Assougna, datée du 27 octobre 2008, pour coups et blessures volontaires et port dangereux d’arme à feu.
Avant sa révocation des cadres de la police, Akomezoa Afana Dieudonné Thomas avait été suspendu de ses fonctions pour une durée de trois mois, pour « détention illégale, port dangereux, usage abusif d’une arme à feu, violences et voies de fait, abus de fonction et abandon de poste », faits commis courant juin et juillet 2007 à Yaoundé, alors que l’ex-commissaire était en service au commissariat central de la ville de Ngaoundéré. C’était par décision du Dgsn datée du 29 juillet 2007. Il ne sera plus jamais réintégré à l’emploi. La descente aux enfers se poursuit avec, un mois plus tard, le 27 août, sa révocation définitive du Corps de la sûreté Nationale

(le jour)

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire