Sidebar

20
Mar, Aoû

Kongossa
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Au mois de décembre 2008, les opérations de pose des gazons synthétiques sur l’aire de jeu du stade de la Réunification de Douala sont arrivées à leur terme. La peau luisante et attrayante de la nouvelle pelouse contraste avec la vétusté dans laquelle est plongé le reste du gigantesque joyaux architectural des années 7O. De passage à la cuvette de Bépanda et après un tour du propriétaire, Augustin Edjoa alors ministre des Sports et de l’éducation physique, se montre scandalisé face à l’état des lieux : « Le stade de la Réunification est sinistré, il ne peut plus être utilisé dans cet état. C’est terrible !!! S’était-il exclamé avant de prendre la décision de fermeture de ce stade. Il préconise les travaux de réhabilitation de la cuvette de Bépanda. Pour cela, il faudrait un investissement estimé à près d’un milliard de FCFA selon les résultats d’un audit commandé il y a trois ans par le gouvernement. Face à l’indisponibilité d’importants moyens financiers, le gouvernement décide de débloquer une enveloppe de 50 millions de FCFA pour parer aux travaux les plus urgents, comme la réfection des installations sanitaires, d’eau courante et d’électricité, l’embellissement des vestiaires et la réparation des chaises brisées des tribunes, entre autres.

En attendant que l’enveloppe promise par le gouvernement soit disponible, la Fecafoot tenue par le calendrier de ses compétitions et afin d’obtenir la réouverture du stade, souhaite financer elle-même les travaux les plus urgents à hauteur de cinq millions de fcfa. Proposition acceptée par le ministre des Sports. Les vestiaires sont aménagés avec des sanitaires neufs, un sol recouverts de nouveaux carreaux, l’électricité et l’eau courante sont désormais disponible dans tous les compartiments, les chaises dans les tribunes sont rafistolées. A la fin des travaux, le délégué régional des Sports et de l’éducation physique pour le Littoral procède à une inspection des lieux, sanctionnée par une décision de réouverture du stade.

Mission de contrôle

Peu de temps après, les 50 millions promis sont disponibles. Joseph Mbo, le directeur du stade engage de nouveaux travaux de réfection avec ce gros pactole. On s’attend alors à ce que les autres compartiments du stade qui n’avaient pas été touchés par les travaux financés par la Fecafoot, bénéficient aussi d’une opération de réhabilitation. Que non ! Le patron des lieux, en plus de remettre quelques carreaux et marbres dans les vestiaires et bien meubler son bureau, n’a rien fait d’extraordinaire.

«Avec cet argent, nous avons donné une nouvelle configuration aux vestiaires et dans les bureaux » affirme Chritian Njanga directeur adjoint du stade de la Réunification. Constat, les responsables du stade disent avoir presque refait les mêmes travaux que ceux qui avaient été effectués par la Fecafoot. D’où les soupçons de dilapidation et de détournement de fonds alloués par le gouvernement. Le délégué des Sports qui n’en pense pas moins, a refusé de valider l’état des dépenses qui lui a été présenté par la direction des stades. Approché dimanche lors du match d’ouverture du championnat d’élite pour comprendre sa décision, Moïse Somo, le délégué n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet. « Comme le patron des sports dans le Littoral refuse d’apposer sa signature, il revient à une mission de contrôle en charge du budget d’investissement public de descendre sur le terrain pour valider ou non la fiche des dépenses après avoir mené ses enquêtes » nous a confié un cadre du ministère des Sports. En attendant, le directeur du stade et le délégué des Sports pour le Littoral se regardent en chien de faïence et la cuvette de Bepanda poursuit son délabrement faute d’entretien.

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire