Sidebar

17
Mar, Juil

Kongossa

 Une veillée artistique est prévue à Douala ce soir, pour dire adieu à Charlotte Mbango.

Ils étaient des dizaines à avoir fait le déplacement. Circonstance oblige, Robert Bendengue, délégué régional de la Culture du Littoral, est présent. Une diva, Charlotte Mbango s'est éteinte, et la dépouille de l'artiste est rentrée au Cameroun hier, jeudi 18 juin. Quelques heures avant cela, les derniers réglages étaient nécessaires. Sous la conduite de François Nkotti, président du comité d'organisation des obsèques, assisté de Nicole Mara la trésorière, l'avant-dernière réunion préparatoire s'est tenue mercredi, 17 Juin dernier au Club Nkotti sis à la "Vallée trois boutiques" à Deido.
"Le délégué régional de la Culture est venu lister nos doléances, afin de les transmettre au ministre actuellement hors du pays. Ce dont nous sommes sûrs c'est qu'il sera organisé un concert géant de minuit à 07h du matin", indique Nicole Mara. Plusieurs artistes ont réagi, en donnant leur contribution financière et en mettant à contribution leurs relations, afin que tout soit prêt. François Nkotti le premier. Entre deux coups de fil, il interrompt la réunion, appelant les artistes de part et d'autres du pays, et rendant compte à l'assistance.

L'ambiance se tend et se détend, tous les paramètres sont étudiés, de la gerbe de fleurs des artistes, à leur sécurité et leur accueil avant et pendant le concert, en passant par leur transport aux différents endroits (aéroport, morgue, domicile parental et à la salle des fêtes d'Akwa), les mesures sont prises. Ils viendront de tous les coins du Cameroun: Limbé, Yaoundé, Bafoussam, Douala et autres, pour rendre un dernier hommage à la Diva. Certains ne cachent pas leur douleur. "C'est dans la douleur que nous nous préparons à l'accompagner vers son dernier voyage. Personnellement, j'étais très liée à elle, et nous avons combattu pour l'obtention des droits d'auteurs. Elle meurt les armes à la main, car il y a huit mois de cela que nous nous étions rencontrées, et elle paraissait bien portante et en forme. Mais le combat n'est pas terminé, nous allons le poursuivre", confie Beko Sadey au sortir de la réunion. Et pourtant les autres cadres de la musique se font toujours attendre "Certains artistes n'ont toujours pas réagi, mais ont doit continuer d'y croire et attendre", précise François Nkotti. Ce vendredi 19 juin, un cortège d'artistes partira du Club Nkotti pour la levée de corps à la morgue de l'hôpital général de Douala, avant d'entamer, vers minuit, un concert live qui devra s'achever au petit matin.

Aristide Ekambi (stagiaire)

Source mutations.info

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire
Inscrivez-vous à notre service gratuit de newsletter pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.