Sidebar

22
Mar, Sep

Kongossa
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
C’est une affaire très complexe qui s’est dénouée devant la justice. Barnabé Batanken et Joseph Olinga Chapo, tous deux originaires du Cameroun ont écopé de lourdes peines, respectivement 3 et 4 ans d’emprisonnement. Ils ont été notamment reconnus coupables par le tribunal correctionnel de Bonneville d’escroquerie réalisée en bande organisée. Des faits commis à l’encontre de la même personne entre janvier 2008 et décembre 2009 ainsi que pour vol et vol en réunion pour le second accusé.

Lors de ce procès, les déclarations contradictoires ont fait rage. Pour Joseph, 40 ans, père de deux enfants, tout est parti d’une « histoire d’amour ». Il rencontre la victime, un commerçant mégevan, aujourd’hui à la retraite, gare de Lyon, à Paris en 2005. Selon l’homme, ils auraient ensuite entretenu une relation. À plusieurs reprises, le prévenu se serait fait remettre des sommes d’argent via notamment des mandats cash. « Je jouais à l’amoureux pour avoir ce que je voulais » lance-t-il à la barre, ce que la victime dément complètement.

Une personnalité influençable
La victime, présentée comme psychologiquement très faible et à la « personnalité influençable et vulnérable » selon l’expertise psychologique demandée lors de l’instruction tombe alors dans une spirale infernale. Cette dernière lui coûtera la bagatelle de près de 200.000 € au total selon les estimations de la partie civile.

La technique du “wash-wash”
Les manœuvres frauduleuses débutent en janvier 2008. Joseph Olinga Chapo se présente au domicile de la victime avec une “connaissance” à lui, un certain Barnabé Batanken. Les deux hommes réussissent alors à lui soutirer 26.000 € avec la technique dite du “wash-wash”. Une prétendue méthode de “lessive” pour multiplier des billets de banque par une miraculeuse solution chimique… La victime se laisse berner, remet la somme pour voir fructifier ses biens.

150.000€ de bijoux volés
Ensuite, c’est une histoire de vol de bijoux dont le préjudice est estimé à 150.000 € qui vient compléter le tableau.

Entre-temps, Joseph est en prison en Suisse, mais la victime noue d’autres contacts avec des “amis” de Barnabé. « Il s’est alors fait harceler tous les jours pendant des mois au téléphone pour qu’il donne de l’argent » explique l’avocat de la victime.

En plus des peines d’emprisonnement, Joseph Olinga Chapo devra verser 150.000 € et Barnabé Batanken 20.650 € à la victime au titre des préjudices matériels. Les deux hommes devront aussi verser solidairement 5.000 € de dommages et intérêts. La victime, qui a passé toute sa vie à Megève, devrait quant à elle vraisemblablement quitter la station.

Les bijoux n’ont toujours pas été retrouvés.

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire