Sidebar

26
Sam, Sep

Kongossa
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
Pierre Ledoux, Directeur général adjoint du groupe de commerce Tsékénis accuse Mathilde Ngolle et Daniel Bamala, respectivement pour abus de confiance et faux et usage de faux en écriture privée de commerce. L'affaire a été enrôlée depuis mai 2008 et le procès s'est poursuivi hier, mercredi matin au Tribunal de première instance de Douala Bonanjo. Les faits remontent en avril 2008. A cette date, M.Tchiemeyock a remis 1,850 000 francs Cfa à Mathilde Ngolle, vendeuse à Tsékénis. Il était certain de rentrer en possession de son téléviseur écran plat 43 pouces, dans les plus brefs délais. Mais l'attente dure depuis plus d'un an avec à la clé un procès dont l'homme d'affaires se serait bien passé. Chris Tchiemeyock se retrouve en effet au centre des embrouilles entre les administrateurs du groupe Tsékénis et deux employés de l'entreprise.

Pierre Ledoux, directeur adjoint (Dga) du groupe de commerce, ne reconnaît pas la fiabilité de la facture délivrée à M. Tchiemeyock.
"Un téléviseur de cette catégorie coûte environ 3 millions dans nos magasins et non 1, 800 000 francs cfa", affirme le Dga, par ailleurs l'auteur de la plainte qui accuse Daniel Bamala, commercial et Mathilde Ngolle, vendeuse. Cette dernière rassure de la fiabilité de la facture étant donné qu'elle a été signée, dit-elle, par Georges Kokos, responsable de la vente en gros à Tsékénis. M. Kokos, de nationalité grecque, ne reconnaît pas avoir signé une quelconque facture. Son accusatrice soutient pourtant qu'il est depuis toujours la tête pensante d'un circuit de vente peu orthodoxe dans l'entreprise. Avec la complicité des vendeurs, M. Kokos écoulerait les articles à des prix hors taxes et, de grosses remises aux clients. Mathilde Ngolle est poursuivie pour abus de confiance, son coaccusé, Daniel Bamala, est quant à lui poursuivi pour faux et usage de faux en écriture privée de commerce pour avoir saisi et imprimé la facture querellée. L'affaire a été mise en délibéré pour le 23 septembre prochain.

Hôpital militaire de Douala, jeudi 27 août 2009
L'échographie a prévu des jumeaux, elle accouche des triplés
Elle en attendait deux. C'est finalement trois enfants qu'elle a mis au monde. Deux garçons et une fille. Ce qui porte à huit le nombre d'enfants de ce couple qui en avait déjà cinq. La fille pèse 2,600Kg. Ses deux frères, quant à eux, pèsent 2,300 et 2,500 Kg. C'est le premier cas de triplés depuis le début de cette année 2009 dans cet hôpital militaire. A en croire le colonel Abeng Mbozo'o, médecin chef, cette intervention chirurgicale aurait pu être évitée si les trois échographies avaient été faites. Or, avant son transfert à la garnison, Mme Marcelline Pépouéré n'avait fait qu'une seule échographie. Cette opération s'est faite gratuitement. Tout comme la garnison a gracieusement offert du lait aux parents pour la nutrition des enfants. Le service social des armées a aussi promis une aide. Les parents démunis, lancent un appel d'aide à toute âme de bonne volonté pouvant leur venir en aide. "La garnison militaire est un hôpital ouvert à tout le public. Ce n'est pas qu'un service des forces armées. Tout le monde doit venir se fait soigner et en plus, les prix sont à la portée de tous (Une échographie coûte 10.000Fcfa)", rappelle le colonel Abeng Mbozo'o.

Elle en attendait deux. C'est finalement trois enfants qu'elle a mis au monde. Deux garçons et une fille. Ce qui porte à huit le nombre d'enfants de ce couple qui en avait déjà cinq. La fille pèse 2,600Kg. Ses deux frères, quant à eux, pèsent 2,300 et 2,500 Kg. C'est le premier cas de triplés depuis le début de cette année 2009 dans cet hôpital militaire. A en croire le colonel Abeng Mbozo'o, médecin chef, cette intervention chirurgicale aurait pu être évitée si les trois échographies avaient été faites. Or, avant son transfert à la garnison, Mme Marcelline Pépouéré n'avait fait qu'une seule échographie. Cette opération s'est faite gratuitement. Tout comme la garnison a gracieusement offert du lait aux parents pour la nutrition des enfants. Le service social des armées a aussi promis une aide. Les parents démunis, lancent un appel d'aide à toute âme de bonne volonté pouvant leur venir en aide. "La garnison militaire est un hôpital ouvert à tout le public. Ce n'est pas qu'un service des forces armées. Tout le monde doit venir se fait soigner et en plus, les prix sont à la portée de tous (Une échographie coûte 10.000Fcfa)", rappelle le colonel Abeng Mbozo'o.

Monique N. Mayag

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire