Sidebar

25
Dim, Aoû

Kongossa
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Édouard Kabongo était le curé de Loyers. Particulièrement apprécié par les paroissiens. Mais Édouard Kabongo n'était pas que curé. Il menait une double vie depuis treize ans : curé d'un côté, et bénéficiaire du CPAS de l'autre, curé d'un côté et père de famille de l'autre ! À 52 ans, on peut parler d'une vie bien remplie.

Après une première demande d'asile en 1995, l'homme débarquait officiellement sur le territoire belge en 1997. Sous un faux nom, il devenait aussi demandeur d'asile. Par la même occasion, il rejoignait sa compagne avec laquelle ils avaient eu un enfant. Mais le 15 octobre 1999, le vrai Édouard Kabongo, cette fois sous son vrai nom, arrive en Belgique comme... prêtre. Avec sous le bras son diplôme de théologie qu'il a obtenu en Suisse. Un diplôme qui, apparemment, semble vrai. À vérifier. Édouard Kabongo allait dès lors officier dans différentes paroisses, du côté de Bertrix entre autres, pour s'installer à Loyers, il y a deux petites années d'ici. Là, il redynamisait la paroisse. Mais en attendant, il devait s'activer sur d'autres fronts. Car l'autre Édouard Kabongo passait de CPAS en CPAS, de Courcelles à Ixelles en passant par Schaerbeek, Koekelberg ou Zemst.

Comble de l'ironie : le vrai Édouard Kabongo et le faux Édouard kabongo obtenaient la naturalisation belge ! Le faux ne se reposait pas sur ces acquis et témoignait d'un zèle particulier pour s'intégrer. Par le biais du CPAS dont il dépendait, il suivait et réussissait des études d'assistant social ! Grâce à ce diplôme, le CPAS de Schaerbeek l'engageait pour donner différents cours. Le faux Édouard Kabongo, domicilié fictivement à Malines, émargeait au CPAS (comme isolé) tandis que sa compagne, domiciliée à Zemst avec ses enfants (il en a reconnu trois) bénéficiait du chômage et des allocations familiales (comme isolée).

Il est en aveux de tous les faits.

© actu24.be : A. J.

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire