Sidebar

22
Mar, Sep

Kongossa
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
Les différentes notes affichées à l'entrée principale du siège de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps) ne font plus courir. Tout juste, ce sont quelques curieux prévenus de l’infortune de leurs collègues et/ou proches qui viennent se rendre compte, par eux-mêmes de l’effectivité du licenciement de ces derniers. C’est que, depuis le 27 septembre, le directeur général de la Cnps, Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame, a pris une vingtaine de décisions portant principalement sur le licenciement des employés de l’institution qu’il dirige depuis avril 2008.
Les personnes ainsi sanctionnées se comptent parmi le personnel hospitalier et administratif de cette structure. Alors que certains sont accusés d’avoir «présenté de fausses factures pour le remboursement des dépenses en pharmacie à la société d’assurances Axa» où, tout simplement, pour insubordination, et état d’ivresse sur le lieu de service, 17 de ces personnels licenciés sont accusés d’avoir, selon les notes affichées au babillard du bâtiment central de la Caisse, «produit de fausses pièces d’état civil qui [leur] ont permis de bénéficier des allocations familiales indues». Des allocations qui sont délivrées chaque trimestre pour un montant de 5.400Fcfa par enfant.

Des sources proches de la Cnps, cette série de licenciements entre dans le cadre d’une opération engagée par cet organisme social, depuis le mois de novembre 2009 et qui vise à recenser, dans diverses entreprises, les documents fournis pour l’attribution des allocations. Il s’est ainsi avéré que dans plusieurs services des employés fournissent de fausses déclarations de naissances dans le seul but d’avoir droit à des allocations plus importantes. «Nous avons fait le constat et avons pris des mesures pour ce qui concerne nos services. Les autres institutions au sein desquelles nous avons décelé ce type de comportement prendront les sanctions qui s’imposent. Notre rôle n’est pas de sanctionner le personnel d’autres entreprises», affirme-t-on.
Parallèlement au recensement des documents fournis pour l’octroi desdites allocations, une opération de recensement des diplômes authentiques a été menée.

A cette occasion, le 27 juillet 2009, Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame, a signé une série de décisions portant licenciement de 17 employés dans la différentes agences de la Cnps notamment à Garoua, Douala-Bonanjo, Yaoundé, et le centre hospitalier d'Essos. Les fraudeurs ont d’ailleurs été appelés à reverser à la Caisse toute somme indûment perçue ou dont ils seraient redevables, sans préjudice des poursuites judiciaires car, estime-t-on ici, ce sont les diplômes qui fixent les salaires. Lors d’une communication le 24 juillet 2009 à propos de ces faux diplômes, Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame a révélé que "la modernisation a permis de faire un contrôle 3.700 diplômes. 1.296 ont été authentifiés. 50 faux diplômes ont été détectés et les lauréats immédiatement remerciés. 65 diplômes sont dans une situation pas très claire et nécessitent des contrôles approfondis". Pour ce qui est des pensions, autre principal pôle de tricherie, la Cnps a démasqué près de 10.000 pensionnés indus ainsi que 77.000 enfants sortis du fichier de la Cnps à cette même période.

Dorine Ekwè

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire