Sidebar

22
Mar, Oct

Kongossa
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

«L’aigle noir», le «Bruce Lee Africain», «le Chinois noir», Dominique Saatenang participe aux championnats de Wushu en Chine, sous les couleurs... françaises!

Les championnats de Wushu en Chine qui se déroulent depuis le 05 et ce, jusqu’au 11  novembre prochain, sont marqués pour la deuxième fois  par la présence aussi insolite qu’exceptionnelle, d’un participant d’origine africaine.  « L’aigle noir »  pour les Chinois, le «Bruce Lee Africain » pour les Africains et « le Chinois noir » pour les Européens, Dominique Saatenang est le premier noir et quatrième étranger non chinois à être devenu membre du Temple de Shaolin. Il participe à cet évènement  en tant que « juge et arbitre mondial, expert en Wushu » et a fait le voyage avec une délégation de 17 participants français. « Je tenais absolument à ce que mon pays soit représenté. Cela permettra d’améliorer les relations entre la France et la Chine », a t-il déclaré selon des propos rapportés par Florent Bouteiller, un blogueur du  journal français le Monde. A 37 ans, ce camerounais d’origine, naturalisé Français en 2009, était davantage destiné au football qu’au Wushu. 

Dominique Martin Saatenang est originaire de Bafou, dans l'ouest Cameroun

Né à Bafou, un village situé à l’Ouest du Cameroun dans une famille conservatrice, Dominique Martin Saatenang avait été orienté par ses parents dans un centre de formation sur le football. « Vers l’âge de 10 ans, j’ai été envoyé à Douala pour un stage de détection dans une équipe de foot. Là-bas, j’ai assisté à la projection d’Opération Dragon de Bruce Lee, raconte-t-il. Quand je suis retourné chez moi, je n’avais plus qu’une idée en tête : faire du Wushu », explique-t-il toujours selon des propos rapportés dans le blog du journal le Monde. Contre le gré de sa famille, l’adolescent poursuit dans sa pratique des arts martiaux en s’inscrivant à l’école des « Tigres noirs ». «J’étais décidé à devenir un bon combattant pour aller en Chine » affirme-t-il. Pour vivre son rêve, il sacrifie tout et s’embarque pour la chine où il se soumet à un long et difficile apprentissage. « C’était dur. Chaque jour, qu’il pleuve ou qu’il neige, en été comme en hiver, on faisait nos exercices en t-shirt, raconte-t-il. Le soir, on était tellement fatigués qu’on ne prenait pas le temps de manger ni de se doucher. Là-bas, il n’y avait pas d’eau chaude. Franchement, j’ai parfois cru que j’allais arrêter. Mais à chaque fois que j’allais craquer, je repensais à ma famille. Je les avais déçus en arrêtant le football, il fallait que je persévère pour ne pas les décevoir ».  

Il est le premier noir et quatrième étranger non chinois à être devenu membre du Temple de Shaolin

Consacré membre du Temple de Shaolin et nommé ambassadeur du Wushu par les Chinois en 2007, Dominique Saatenang a depuis élargi ses domaines de compétence. Il a suivi une formation d’acteur pour réaliser son rêve : faire du cinéma doit encore attendre son heure. Pour l’instant, il a à son actif un passage remarqué dans l’émission « Incroyable talent » sur M6 en décembre 2011. « J’ai un talent incroyable, c’est pour ça qu’on m’a invité dans l’émission », explique-t-il. Il y a effectué une démonstration de Wushu contre quatre adversaires qui lui cassent successivement des morceaux de bois sur le corps. Mais sa prestation n’a pas retenu l’attention des membres du jury. « Pas assez captivant, un peu lassant » dira un juge. Pourtant il se trouvera en finale. Le camerounais cherche encore sa voie et comme le lui recommande son art, s’arme de patience pour y parvenir un jour.

Kongossa.fr, l'actualité du Cameroun en temps réel.

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire