Sidebar

22
Mar, Sep

Kongossa
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
Depuis son évasion, le fugitif reste introuvable et poursuivrait sa course hors Cameroun.

 

Le dispositif de sécurité mis en place pour capturer Petit Pays s’est avéré jusqu’ici inefficace. Depuis son évasion d’une cellule du parquet près le tribunal de première instance de Bonanjo jeudi le 25 novembre 2010, Rabba Rabbi reste invisible et injoignable. Et l’avis de recherche lancé contre lui vendredi le 26 novembre 2010 reste valable.

Néanmoins, se prononçant dans le quotidien Cameroon Tribune dans son édition d’hier, Petit Pays laisse entendre qu’il n’est plus au Cameroun. Des informations concordantes glanées dans les milieux artistiques, indiquent dans le même sens que, depuis jeudi dernier, il n’a même pas regagné le chez lui, à Makèpè, après son évasion. Les mêmes informations font état de ce que, l’artiste s’était caché chez un de se amis, pour orchestrer sa sortie du pays pour échapper aux forces de l’ordre. Petit Pays aurait ainsi réussi à sortir du Cameroun pendant le week-end contre toute attente, pour rejoindre la Guinée Equatoriale, précisément selon lui-même dans Cameroon Tribune, dans la ville de Bata où il avait des  engagements professionnels qu’il ne pouvait pas manquer. Au risque selon ses déclarations toujours, qu’on ne dise qu’il n’est pas sérieux.

Un des proches de l’artiste tente cependant de décrypter cette affaire, dont personne jusqu’ici ne connait le vrai fond. Ce dernier indique, « qu’il ne faut pas prendre cette affaire comme si Petit Pays avait perçu 40 millions de francs Cfa de Serges Djimi Andzé et n’a pas honoré le contrat ». Ce proche qui a requis l’anonymat, précise que Petit Pays n’a jamais pris 40 millions F Cfa à Serges Djimi Andzé. Et Rabba Rabbi lui-même encore, indique dans Cameroon tribune qu’il avait perçu 6 millions de francs Cfa seulement. Ce qui d’après le proche de Petit Pays susmentionné, représentait l’avance sur le montant total du contrat. Revenant sur les faits qu’il semble connaitre, ce proche de Petit Pays explique que, « quand cette affaire a commencé, Turbo était même sous contrat avec un manger qui avait un mandat exclusif pour la gestion de sa carrière. Serges Djimi Andzé avait été informé de cette situation, mais était passé outre. Et il avait pris le risque d’aller traiter directement avec Petit pays au lieu de voir cela avec son manager ». Pour lui, « nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude ». Il est également indiqué par ce proche de Petit Pays que, le palis des congrès qui devait être la salle de spectacle convenue, n’avait pas été obtenu. De même, le reliquat sur le montant total du contrat n’avait pas été versé le jour du spectacle.

Jusqu’ici, Serges Djimi Andzé, qui accuse Petit Pays, ne se prononce pas sur cette affaire. Toutes les tentatives pour l’avoir au téléphone sont restées vaines. L’entourage de Petit Pays, autant que les avis glanés ça et là dans la population, demandent vivement que le plaignant se montre et donne sa version s’il ne se reproche rien.

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire