Sidebar

16
Dim, Jui

Kongossa
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Un cercueil vide a été enterré et demeure bien entretenu par sa famille. Difficile, jusqu’a ce jour, d’obtenir une version finale, concernant le décès annoncé du roi de la feymania du Cameroun. La nouvelle annoncée avec une certaine certitude, est maintenant évoquée avec hésitation dans la ville de Bafoussam. Tout est parti du départ précipité du chef Bafoussam de la cérémonie des obsèques, qui se sont déroulés le 6 mars 2010. Sa majesté Njitack Ngompé Pélé a quitté les lieux, laissant planer le doute sur la mort effective de Donatien Koagne. 


Les proches du chef expliquent cette réaction de sa part par la colère qui l’animait, et justifient son départ précipité du lieu des obsèques par son programme très chargé ce jour. Approché, le chef supérieur Bafoussam, qui est aussi le beau frère du défunt Donatien Koagne, se contente de dire que de telles nouvelles ne peuvent pas être propagées sans raison fondée  

Les membres de la famille qui refusent de parler à la presse, qu’ils accusent d’être à l’origine des déboires du défunt, ne sont guère rassurés. Ceux qui sont convaincus de la mort de Donatien Koagne ont déjà déterré la hache de guerre, pour se disputer les biens laissés par le défunt. Les autres continuent à attendre, impassibles, un signe qui confirme ou infirme qu’il est mort.
Cette hésitation justifie le fait que le lieu où a été enterré un cercueil vide, représentant le défunt, demeure bien entretenu. « Si un seul morceau de son corps nous parvient, un jour, nous allons vite remuer la terre pour le mettre à l’intérieur de son cercueil, avant de le recouvrir de béton. Dans le cas contraire, reconnaissez aussi que c’est notre droit, de continuer à penser qu’il est encore vivant » confie  Jeannette Mefang, un membre de la famille.

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire