Sidebar

16
Dim, Jui

Kongossa
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
Combien Shakira et son producteur Sony music entertainment verseront-ils au groupe Zangalewa pour avoir revisité le titre à succès éponyme ? Les fans et autres observateurs de la scène du show biz vont devoir encore ronger leur frein. Et pour cause, au cours de la conférence de presse que le groupe Zangalewa, représenté par Jean Paul Zé Bella, Guy Dooh et son manager Didier Edo, ont donné mardi 11 mai 2010 au Centre culturel français Blaise Cendrars de Douala (CCF), les Hommes de médias n’ont pu leur tirer le vers du nez. Tout au plus, l’on apprendra qu’un accord à l’amiable a été trouvé entre le management de Shakira et le producteur qu’est Sony music entertainment. Seulement, les termes de ce gentleman agreement demeurent confidentiels.

D’entrée de jeu, Didier Edo monte au créneau et déroute la meute des journalistes. «Il ne s’agit pas de plagiat, mais d’une adaptation. Nous nous sommes assurés que le groupe Zangalewa ne sera pas lésé». Une sortie qui a eu le don de détoner. Ce d’autant plus qu’il était de notoriété publique depuis un certain temps, que la reprise de la chanson Zangalewa par l’artiste colombienne Shakira a été choisie par la Fédération internationale de football association (FIFA) comme chanson officielle de la Coupe du monde 2010 en Afrique du sud. En réalité, le titre retenu par la FIFA est «Waka waka, time for Africa». Une publication discographique estampillée du label Sony music entertainment dans la production et la distribution d’un opus qui tourne en boucle sur plusieurs chaînes de radio et lequel sera intégré dans l’album «Listen up ! The official 2010 FIFA world cup album».

Etape des procédures

Pour Jean Paul Zé Bella, chef d’orchestre du groupe, par ailleurs adjudant-chef retraité, «le groupe Zangalewa sort de loin. J’étais au village lorsque cette affaire a déclenché. J’y suis depuis 2002 pour cause de retraite. Je voudrais dire merci à Shakira qui a reconnu avoir adapté une de nos chansons. L’affaire est sur la bonne voie…» Sur la genèse de ce qui est convenu d’appeler affaire Shakira/Zangalewa, l’on apprendra du manager que c’est à partir d’Emile Kojidie, (l’homme aux grosses fesses dans le clip Zangalewa, aujourd’hui résidant aux Etats-Unis d’Amérique) que «le pot aux roses» est découvert. La chanson présente sur la toile attire son attention et il saisit un avocat qui rentre en contact avec Shakira.

D’où les deux phases qui constituent la trame de cette affaire, à savoir une phase des arrangements et une étape des procédures. La première selon les conférenciers, se déroule sans anicroche et nul doute que c’est à l’issue de l’ultime phase que les espèces sonnantes et trébuchantes tomberont dans l’escarcelle du groupe Zangalewa. Pour la petite histoire, la chanson Zangalewa est issue d’un album de quatre titres paru en 1986. En effet, il s’agit d’ «un chant écrit pour donner du tonus aux bérets verts en temps difficiles. C’est une expression issue de l’argot usité par des tirailleurs qui officiaient avant la période de l’indépendance».

Groupe disloqué

En langue béti, ça donne ceci «za anga le wa?» signifie «qui t’a appelé?» Zangalewa pour avoir connu un succès retentissant dans le monde entier, est retenue comme appellation du nouveau groupe qui était au départ baptisé Golden sounds composé de quatre gendarmes en service à la garde présidentielle (GP), (Guy Dooh encore en activité, Jean Paul Ze Bella, Luc Eyebe et Emile Kojidie tous retraités). A l’époque, le quatuor était soutenu par Annie Anzouer, jeune chanteuse qui a entamé une carrière solo depuis lors. Le groupe aujourd’hui disloqué a connu la disparition de Benjamin Denga auteur de Makrita, Kéro et Oyono Mathurin. L’on espère qu’avec la manne colombienne, Zangalewa va renaître de ses cendres. C’est la conviction de Guy Dooh «si tout se passe bien, le groupe va se reconstituer avec l’introduction des jeunes et la présence des militaires de l’époque dont un seul est encore en activité, (Guy Dooh, Ndlr)».

En tout cas, le Cameroun culturel est déjà vainqueur de la grand’messe mondiale du sport roi qui se déroule pour la première fois en terre africaine. Puisque, le président de la FIFA, Joseph S. Blatter, a « hâte d’entendre exécutée, Waka waka time for Africa, par Shakira et Freshlyground à la finale» Reste à espérer la présence du groupe Zangalewa en Afrique du Sud !

© Le Messager : Alain NJIPOU

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire