Sidebar

21
Jeu, Nov

Kongossa
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
Le Cameroun a encore fait mauvaise presse à l’étranger. 3 faussaires Camerounais ont été arrêtés en Malaisie et plus précisément dans la ville de Kota Kinabalu  pour vente de faux billets de dollars américains. Selon des informations que Camer.be a pu glaner sur place, ces Camerounais âgés respectivement de 35, 29 et 26 ans vendaient  des faux dollars américains et n'habitaient pas un domicile fixe car, ils déplaçaient constamment leurs affaires et leur équipement dans divers hôtels dans le but de ne pas tomber dans les mailles de la police nous a confié notre source.

Pour appâter leurs victimes, ces faussaires utilisaient également leur compagne, toutes des camerounaises qui avaient pour principale mission de séduire leurs clients. Jeudi dernier, (22 octobre 2009, ndlr) cette pratique a été mise à nu avec l'arrestation de ces trois faussaires camerounais, leurs compagnes n’étant pas à l’hôtel au moment de l’arrestation de leurs complices sont en cavale.

La police de Kota Kinabalu affirme avoir saisi des fausses coupures de dollars d'une valeur nominale de plus de trois millions de dollars et d'un impressionnant arsenal constitué des papiers prêts à utilisation pour dupliquer les billets de banque, des bouteilles contenant plusieurs produits chimiques, de la poudre, des machines à couper

Approché par Camer.be, la police de Kota Kinabalu  affirme que ces Camerounais étaient très liés avec les hommes d’affaires installés dans les villes de Kota Kinabalu , Lahad Datu, et Kuala Lumpur la capitale de la Malaisie Ils promettaient à tous de multiplier par deux voire trois leurs fortunes par des techniques de multiplications des coupures diverses de dollars

La technique était simple. Devant leurs potentiels clients invités dans leurs suites présidentielles qu'ils occupaient dans les hôtels malaisien, ces faussaires teintaient les billets authentiques au départ avec un produit noir donnant l’illusion d’un simple papier noir qu’il suffisait de décolorer à l’aide d’un produit spécial.

Devant leurs victimes, les feymen camerounais passaient à la démonstration puis remettaient les billets lavés à leurs clients à qui ils demandaient de faire un essai en procédant a quelques achats et dépôts bancaires. Ce que les victimes n’hésitaient pas à passer à l’essai avec en retour une satisfaction

Les victimes revenaient ainsi après leur test concluant vers les escrocs pour leur témoigner de la fiabilité de l’opération. Ces derniers à leur tour exigeaient généralement une importante somme pour la multiplication.

L’opération de police a commencé quand un homme d'affaires de Kota Kinabalu, la capitale de l'Etat de Sabah en Malaisie et propriétaire de trois complexes hôteliers a été escroqué par le groupe utilisant la technique connue du "lavage" de l'argent.

L'homme, qui avait été convaincu par une démonstration, s'est dessaisi d'une importante somme d'argent avant de se rendre compte de la supercherie. Apres avoir payé pour acheter ses dollars, il a reçu en échange un paquet contenait des douzaines de liasses "lavées". A bord de son véhicule, cet homme d'affaire a dû constater que ces liasses en quelques sortes n'étaient autre que du papier emballé avec des faux billets de dollar. Frappé par ce choc, il alerta directement la police

La police locale s'est immédiatement rendue sur le lieu indiqué par la victime afin d'appréhender les suspects. Ce qui a été fait. Elle a également procédé à la perquisition de leurs chambres luxe  mettait la main sur leur arsenal de fausse fortune. La police n'a pas pu mettre la main sur les deux camerounaises que ces faussaires utilisaient pour convaincre leurs clients.

Selon nos informations, ces feymen Camerounais méditent actuellement leur sort dans une prison de Kota Kinabalu en attente d'être jugé dans les jours à venir. Il  reste à savoir ce que ces faussaires auront comme sanction face à une justice sans pitié.

Aucune information ne pourra filtrer leur détention si les autorités judiciaires malaisiennes ne diffusent pas la sentence à la presse. Le Cameroun n'ayant pas de représentation consulaire dans ce pays.

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire