Sidebar

20
Ven, Sep

International
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
Asky. Africa sky. Ciel d’Afrique. Le nom de la nouvelle compagnie de transport aérien privée communautaire ouest-africaine n’est pas un hasard. Son choix veut démontrer son parti pris panafricain. Asky ambitionne en effet, non seulement de combler le vide laissé par sa défunte ainée, Air Afrique, mais aussi et surtout, d’aller là où Air Afrique ou les autres compagnies ne vont pas : au fin fond de l’Afrique. L’objectif, à terme, est de réduire les distances entre les pays africains et contribuer de façon concrète et non dans les discours, à l’intégration effective des économies et des peuples d’Afrique. Ce vœu cher à Gervais Koffi Ndjondo, le président du conseil d’administration d’Asky airlines par ailleurs connu comme le promoteur d’Ecobank, est en train de se réaliser. Mercredi 3 juin 2010, la compagnie a effectué son vol inaugural de N’djaména, sa nouvelle desserte, la quatorzième de son réseau, juste quelque cinq mois après le lancement de ses opérations.

Parti de Lomé via Cotonou mercredi 3 juin 2010, le vol ET 022 effectué avec l’un de ses deux Boeing 737-700 nouvelle génération qui constitue actuellement sa flotte, a atteint la capitale tchadienne deux heures trente minutes plus tard, avec à son bord des invités de marque tels le PCA de la compagnie en personne, le directeur général de l’ASECNA, le président de la fédération des agences de voyage d’Afrique, le Camerounais Prince Ngassa Happi, etc. C’est d’ailleurs ce dernier qui ouvre à l’hôtel Kempyski, le bal des speeches de la cérémonie lançant officiellement les activités d’Asky à N’djaména. Après avoir loué la vision panafricaine d’Asky airlines, Prince Ngassa Happi va émettre le vœu que cette entreprise connaisse le succès d’Ecobank et promettre le partenariat de la fédération qu’il dirige pour aider la nouvelle compagnie dans son déploiement. Prenant ensuite la parole, le président du conseil d’administration, Gervais Koffi Ndjondo, déroule la vision qui est à la base de la création d’Asky airlines et l’objectif principal que la compagnie, qui bénéficie du partenariat technique d’Ethiopian airlines, s’est fixée : désenclaver les pays africains et ouvrir la voie à un développement endogène du continent noir.

22 472 en trois mois !

En comparaison, jusqu’ici, il fallait environ neuf heures de vol plus une nuit à Addis-Abéba pour relier Lomé à N’djaména. Désormais, avec Asky il faut moins de trois heures pour relier Lomé au Togo et la capitale tchadienne. Il en sera ainsi, quatre fois par semaine. Un gain inestimable de temps qui donne à cet effet un avantage compétitif à la compagnie ouest-africaine sur les autres compagnies opérant sur le continent africain. « Les résultats obtenus jusqu’ici sont largement au-dessus de nos prévisions », s’est réjoui Gervais K. Ndjondo. Pour autant, rien n’a été facile et il a fallu faire preuve de ténacité. « Nous avons effectué certains vols avec… un ou deux passagers à bord », se souvient le directeur général Busera Awel, un ancien d’Ethiopian airlines .  « Nous l’avons fait au lieu d’annuler nos vols, en respect pour ceux qui nous font confiance. A cette époque, d’aucuns m’ont traité de fou. Mais nous savions ce que nous faisions : construire l’image de notre compagnie, sa notoriété. Car ce qui nous importe au plus haut point, c’est d’abord et avant tout, les intérêts de nos passagers. Aujourd’hui, les résultats sont là, les taux de remplissage de nos vols sont en constante progression. », se satisfait-il. Depuis le démarrage de ses opérations le 15 janvier 2010 jusqu’à la fin du mois d’avril, Asky a transporté 22 472 passagers dont 12 000 pour le seul mois d’avril. Est annoncée pour les prochains jours, l’ouverture des dessertes d’Abidjan et Bangui. Aux âmes bien nées…

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire