Sidebar

21
Mar, Mai

International
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
Plusieurs Compatriotes sont en difficulté au Nigeria.Parmi eux, deux ont déjà trouvé la mort.
Les corps de deux Camerounais se trouvent actuellement dans une morgue de la ville de Lagos, au Nigeria. Il s’agit d’un certain Sylas qui serait originaire du centre et Josephine Nchuo, originaire de Wudikum dans Nord-Ouest. « Josephine est ma belle sœur. Elle a vécu chez moi à Douala de 2006 à 2008. Elle est partie de la maison en 2008 pour vivre avec un biafrais. Nous avons été surpris le 1e octobre dernier quand le consul général du Cameroun à Lagos a appelé pour nous dire qu’elle est gravement malade au Nigeria », relève Bonaventure Tem. Le consul général du Cameroun à Lagos, Paul Akorong à Dong demandait alors à la famille de venir chercher Joséphine. « Nous n’avons pas de moyens dans la famille. Quand le consul a appelé, il a passé Josephine à mon épouse qui est sa sœur. Celle-ci lui a demandé comment elle a fait pour se retrouver au Nigeria », affirme Bonaventure. Trois jours après, l’épouse de Bonaventure recevait un autre coup de fil du consul général qui lui annonçait le décès de Joséphine. « Il nous a proposé de venir chercher le corps, d’envoyer un membre de la famille pour assister à son enterrement sur place ou encore d’envoyer une procuration pour qu’on puisse l’enterrer sur place. Ma femme est actuellement au village où elle doit rencontrer toute la famille » ajoute Bonaventure.

Joséphine Nchuo âgée de 24 ans aurait donc trouvé la mort sans avoir rencontré Joe Shua. « C’est le cas de bien d’autres camerounais qui viennent ici au Nigeria. Nous sommes débordés ici sur place. La semaine passée, il y avait 14 camerounais au consulat. J’ai saisi des associations camerounaises ici sur place, nous avons cotisé pour les faire partir. Les Camerounais d’ici commencent à se fatiguer », se plaint le consul général que nous avons pu joindre au téléphone. « Il faut que les camerounais sachent qu’il n’y a pas d’aventure au Nigeria. Quand ils viennent clandestinement, on les embarque pour Kalaba. De Kalaba à Lagos, c’est une très longue distance. Quand ils partent de Kalaba pour Lagos, ils arrivent généralement aux environs de 23h. Et lorsqu’ils stoppent un taxi et qu’ils demandent qu’on les dépose chez Joe Shua, les taximen les conduisent généralement là où ils vont être dépouillés et c’est au consulat qu’ils viennent se retrouver » explique Paul Akorong à Dong qui met également en garde les camerounais qui veulent rencontre Joshua. « Je n’ai rien contre Joshua, mais je voudrais que les camerounais sachent que pour le rencontrer, il faut d’abord commencer par prendre un rendez-vous. C’est quelqu’un de bien organisé. Lorsque vous avez rendez-vous avec lui, c’est son bus qui vient vous chercher à l’aéroport. Il a plus de 5 000 chambres dans les hôtels où il loge ses invités. Lorsqu’on respecte la procédure, une fois à l’hôtel, si les moyens sont disponibles, il vous donne rendez-vous et vous le rencontrez facilement. La plupart de camerounais viennent ici clandestinement et sans papiers. C’est le cas du nommé Sylas qui a trouvé la mort ici. Son corps et que celui de Joséphine sont actuellement à la morgue et je ne sais pas comment je vais faire. Dois-je les enterrer avec mes propres moyens ? Je suis vraiment dépassé », laisse tomber le consul général.

Le cas de du nommé Sylas semble beaucoup inquiéter, parce qu’on n’arrive pas à retrouver sa famille. « Nous avons fouillé dans la puce de son téléphone portable et les numéros que nous y avons trouvés ne nous ont pas fait avancer. Tous ceux qu’on appelle disent ne pas connaître le nommé Sylas. Il a peut être changé de nom en venant ».

Une jeune camerounaise prénommée Valentine et résidant à Douala est de ceux là qui ont déjà eu la chance de rencontrer Joshua. « J’ai d’abord pris rendez-vous avec lui sur internet. J’ai pris le bateau ici, ce qui m’a coûté 58 000F. Là où le bateau nous a laissé, j’ai pris le taxi et je peux dire que tout le déplacement aller m’a coûté environ 60 000F. Sur place, j’ai trouvé d’autres camerounaises et nous nous sommes associées à quatre pour prendre une chambre d’hôtel à 10 000F. Ce qui a été difficile, c’est la nourriture. La nourriture est rare sur place. Le jour du rendez-vous, j’ai rencontré Joshua, il a prié sur moi. Nous avons passé 10 jours là bas. J’ai également pris le bateau pour revenir ».

Plusieurs Camerounais ne savent donc pas qu’il y a des démarches à mener avant de se rendre chez Joshua. Ce sont ceux là qui se retrouvent en difficulté dans ce pays voisin. Il y a de cela quelques semaines, le ministre des Relations extérieures publiait un communiqué pour mettre en garde les camerounais qui vont en aventure au Nigeria.

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire