Sidebar

27
Lun, Mai

International
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
Les importations cumulées de denrées alimentaires sont passées de 850.000 à 6 millions de tonnes entre 2004 et 2009 au Cameroun, selon des données actualisées de la direction générale des douanes.

D’après ce document dont APA a obtenu copie, les pertes en devises dues à ces achats massifs de ces produits sont passées de 167 à 1500 milliards FCFA pendant la même période.

Les produits les plus importés, par ordre d’importance, sont le riz, le blé, le poisson, les huiles de table, le lait ou encore le maïs.

Dans une étude menée il y a une année sur la souveraineté alimentaire, l’Association citoyenne de défense des intérêts collectifs (ACDIC) dénonce « la dictature des produits importés ».

Cette ONG indique que ces produits, fortement subventionnés dans les pays d’origine, sont vendus sur les marchés locaux à des prix de dumping, toute chose qui induit le recul de la consommation des produits locaux.

Pourtant, constate l’ACDIC, le Cameroun dispose d’un potentiel lui permettant d’être auto dépendant sur le plan alimentaire, mais aussi d’exporter vers des pays de la sous-région Afrique centrale.

Malheureusement, plusieurs projets d’envergure, financés à coups de milliards FCFA, ont été étouffés par des barons du pays qui, peu après, sont devenus de gros importateurs des produits incriminés.

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire