Sidebar

26
Mar, Mar

International
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
John Patrick Kamto, qui devait être expulsé hier soir vers le Cameroun, n'a finalement pas quitté le territoire, selon le Réseau éducation sans frontière. Après avoir refusé d'embarquer dans l'avion, il a été reconduit au centre de rétention de Rennes.« Qui va s'occuper des enfants pour la rentrée », s'indigne RESF, le réseau éducation sans frontière. En pleine agitation autour de la politique sécuritaire du gouvernement, un nouveau cas a mobilisé en urgence, depuis lundi, les membres de l'association.John-Patrick Kamto, un Camerounais de 33 ans, père de trois enfants, était, hier en fin d'après-midi, à quelques heures de l'expulsion. Emmené à Roissy, il devait embarquer pour Yaoundé à 22 h 45. Sa femme, Camerounaise, restant seule avec deux enfants. Une fillette de 3 ans et demi scolarisée dans une école du Mans, et une autre de deux ans. John-Patrick Kamto est également le père d'un enfant de 5 ans, issu d'un premier mariage.

Après avoir vécu une grande partie de sa jeunesse dans la région de Lille, le jeune homme a quitté la France, pour y revenir en 2002. Depuis, il n'a pas pu obtenir de titre de séjour. Dernier refus en date, celui de la préfecture de la Sarthe, il y a un an, qui oppose un « risque de troubles à l'ordre public ». Une décision confirmée, depuis, par le tribunal d'administratif et sa cour d'appel. Motif ? John-Patrick Kamto a plusieurs condamnations dans son casier judiciaire. « Elles sont, pour la plupart, liées à sa situation irrégulière, à l'usage de faux papier, assure l'association Françoise Domalin, de RESF. Ça ne fait pas de lui un grand criminel ! »

 

En début d'après-midi, hier, le réseau a fait parvenir des « éléments nouveaux » auprès de la préfecture de la Sarthe. Des attestations, dont une du directeur de l'école de sa fille, qui montrent que le jeune homme s'occupait bien de ses trois enfants. « A l'heure où l'on reproche à certains de ne pas s'occuper de leur famille, constate Bernard Lebrun, porte-parole du réseau, on expulse un père à une semaine de la rentrée ».

John Patrick Kamto n'a finalement pas quitté le territoire, selon le Réseau éducation sans frontière. Après avoir refusé d'embarquer dans l'avion, il a été reconduit au centre de rétention de Rennes.

© Ouest France : Matthieu MARIN

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire